En 2016, en Belgique, le pourcentage d'absentéisme total est passé à 5,52 % (+0,12 % par rapport à 2015). En clair, sur 100 jours de travail, chaque Belge est resté 5,52 jours à la maison pour cause de maladie. Ce taux tient compte des absences de courte et de longue durée.
...

En 2016, en Belgique, le pourcentage d'absentéisme total est passé à 5,52 % (+0,12 % par rapport à 2015). En clair, sur 100 jours de travail, chaque Belge est resté 5,52 jours à la maison pour cause de maladie. Ce taux tient compte des absences de courte et de longue durée. Sur ce dernier plan, les choses sont encore plus dramatiques puisqu'à fin 2016, 392.000 travailleurs étaient absents depuis un an ou plus pour cause de maladie (+20.000 cas en un an). Parmi ces maladies, les causes psychiques (dépression, burn-out, brown-out, etc.) sont en très forte augmentation. Selon l'Inami, 133.255 personnes étaient en absence de longue durée en 2017 en raison d'une maladie psychique, dont 28.000 pour un burn-out. Les causes en sont bien connues : stress inacceptable, cadence infernale, productivité sans cesse plus élevée, perte de sens du travail, organisation et management totalement inadaptés et archaïques, absence de reconnaissance du travail accompli et des capacités, etc. Depuis deux ou trois ans, les entreprises ont pris conscience qu'il fallait choyer leur principal capital : l'humain. Le bien-être au travail, qui était une tendance, est en train de devenir une évidence, une véritable lame de fond. Symboliquement, des postes de chief happiness officer (CHO) ont fleuri en même temps que des initiatives pour replacer le collaborateur au centre de la stratégie d'entreprise. Finalement, ce CHO a un nom mal choisi. Car le bonheur est une notion toute personnelle, là où le bien-être et le plaisir de travailler sont devenus l'affaire de tous. Il n'y a pas de recette miracle ou unique mais un problème à traiter dans sa globalité : un environnement de travail agréable et qui favorise la collaboration, l'amélioration des pratiques managériales, la stimulation de l'esprit d'initiative, la valorisation des collaborateurs, la restauration de la confiance, l'équilibre vie privée/vie professionnelle, etc. Et, à côté de tout cela, il y a l'aspect santé. Beaucoup de patrons estiment qu'ils n'ont pas à intervenir dans la vie privée des gens. Et pourtant si : des employés en bonne santé et heureux sont présents au travail et productifs. C'est dans ce contexte qu'intervient BePerform, une entité de Teampower créée en novembre dernier. " Cela fait 30 ans queTeampower est active dans la formation, le coaching et le consulting, explique Isabelle Marchal, managing director. Nos services couvrent de nombreux domaines dont le people management et le développement personnel. Ces dernières années, nous avons beaucoup accompagné les entreprises sur les problématiques liées au télétravail ou aux open spaces. Mais aussi pour tout ce qui touche à l'absentéisme. Nous avons donné plus de 120 formations chez bpost à ce sujet. BePerform, c'est l'histoire d'une rencontre avec Valérie Wattenbergh. Lors d'une soirée de networking en juillet, elle a déposé ses flyers d'accompagnement privé. Après une courte discussion avec mon associé, je me suis dit qu'il y avait sans doute de belles choses à faire ensemble. Je suis allée lui parler et nous ne nous sommes plus quittées depuis. " " BePerform, j'en ai l'idée depuis longtemps, renchérit Valérie Wattenbergh, expert bien-être et nutrition. J'avais déjà planché sur le concept et les formations. Et puis, j'ai rencontré Isabelle et tout s'est mis en place. Nous sommes, toutes les deux, convaincues qu'en matière de bien-être et de santé, que ce soit au niveau des entreprises, des écoles, des ASBL ou des centres sportifs, nous avons besoin d'une politique de prévention bien plus large que ce qui existe aujourd'hui. " " Nous, les chefs d'entreprise, et je parle donc pour moi aussi, poursuit Isabelle Marchal, nous devons investir dans notre personnel, ne pas nous contenter de formation contre le burn-out. Nous devons lui donner d'autres outils. " Le concept de BePerform repose sur trois piliers : la nutrition, les activités physiques et la gestion du stress. A l'aide de formations, de journées de team building orientées bien-être et de coachings personnalisés, l'entité spécialisée veut permettre aux collaborateurs des entreprises d'être les acteurs de leur propre santé. " Nous n'avons jamais aussi mal mangé qu'aujourd'hui, confie Valérie Wattenbergh. Je suis toujours stupéfaite quand je vois des enfants qui, après leur activité sportive, se ruent sur un soda et des chips. Quatre-vingts pour cent des maladies chroniques sont dues à une nutrition délétère. A côté de cela, inutile de vous rappeler que la sédentarité tue et que rester des heures sans bouger assis derrière un écran est une catastrophe en termes de santé publique. Tout cela contribue à créer une hygiène de vie personnelle déplorable et engendre du stress, stress encore renforcé par des éléments propres liés au travail. C'est pour cela que, selon nous, il est important d'agir simultanément sur les trois piliers. Etre en bonne santé et en bonne forme physique et psychique, c'est bon pour l'individu mais tout autant pour l'entreprise. La performance et la productivité y sont bien plus élevées. Toutes les études le démontrent. " Les différentes formations proposées couvrent de nombreux sujets qui vont de la nutrition en rapport avec la performance, le sommeil ou la fatigue en passant par le management bienveillant, la prévention du burn-out, du stress et de l'épuisement et la confiance en soi. BePerform met aussi à disposition des coachs spécialisés pour organiser des activités physiques comme le pilates ou le yoga mais aussi, en exclusivité belge, la gyrokinésis, un mix entre les deux précédents et la kiné, particulièrement adaptée pour l'entreprise puisqu'il demande peu de place et engendre peu de transpiration. " Nous proposons des packages adaptés aux besoins des entreprises, explique Isabelle Marchal. Tant en termes de contenus que de durée. Avec certains programmes adaptés aux managers. Ce qui marche le plus actuellement, ce sont les formules petit-déjeuner ou les lunch and lean. Toutes les deux permettent une belle convivialité lors de la formation. Les thématiques les plus demandées ? Le petit-déjeuner idéal, la fatigue, comment être performant du matin au soir en ayant une nutrition réfléchie et positive, etc. " " Nous disposons aussi de petits mails informatifs que les responsables des ressources humaines peuvent envoyer à leurs collaborateurs, poursuit Valérie Wattenbergh. L'idée est de faire vivre cette thématique de bien-être toute l'année dans les entreprises et de créer une véritable culture d'entreprise positive sur la nutrition, l'activité physique et la gestion du stress. Offrir des bulles d'oxygène dans un monde qui va vite. " Commercialisé seulement depuis le début de l'année, le concept BePerform a déjà attiré des entreprises comme Spadel, Easi, Test-Achats mais aussi une grande banque belge. " Quand je suis rentrée des Etats-Unis en 1995, j'ai voulu, comme cela se faisait là-bas, proposer des sessions de sport le midi en entreprises, conclut Valérie Wattenbergh. On m'a prise pour une extraterrestre ! Je suis contente de voir que 20 ans après, les sociétés ont enfin pris conscience de l'importance de tous ces sujets. Nous sommes encore en phase de prospection et d'élaboration des commandes mais nous sortons de quatre rendez-vous sur cinq avec une demande de prix. L'intérêt est réel, aussi dans le domaine hospitalier. Je suis persuadée que nos formations auraient du sens dans les écoles tant pour les institutrices que pour les parents. Mais aussi dans les centres sportifs. Ce sont des investissements durables. "Xavier Beghin.