Pour le Setca, l'offre de l'homme d'affaires bruxellois Stephan Jourdain dans le cadre du dossier de reprise des Laminoirs de Longtain n'a jamais pu être négociée et ne comprenait aucun volet social.

Dans son courrier adressé au syndicat, l'homme d'affaires a souligné que les permanents louviérois ont "contribué à l'émergence d'une offre concurrente" à la sienne, "plutôt que de négocier" avec lui.

"Faux!", a réagi mardi Philippe Bertleff, du Setca. "Il faut savoir que l'offre concurrente du duo Strazzante-Facella répond à notre volonté de trouver une solution globale pour l'ensemble des 108 travailleurs et donc une possibilité de négocier un volet social pour les travailleurs non repris, ce qui n'a jamais pu être discuté avec Stephan Jourdain."

L'offre de Strazzante-Facella comprendrait, selon le Setca, la reprise de 36 travailleurs ainsi que la garantie de pourvoir négocier un volet social dans le cadre d'un accord global.

Les Laminoirs de Longtain à Bois-d'Haine bénéficient actuellement d'une troisième procédure en réorganisation judiciaire qui se terminera le 28 février prochain et qui pourrait être prolongée jusqu'à fin mars.

Pour le Setca, l'offre de l'homme d'affaires bruxellois Stephan Jourdain dans le cadre du dossier de reprise des Laminoirs de Longtain n'a jamais pu être négociée et ne comprenait aucun volet social.Dans son courrier adressé au syndicat, l'homme d'affaires a souligné que les permanents louviérois ont "contribué à l'émergence d'une offre concurrente" à la sienne, "plutôt que de négocier" avec lui."Faux!", a réagi mardi Philippe Bertleff, du Setca. "Il faut savoir que l'offre concurrente du duo Strazzante-Facella répond à notre volonté de trouver une solution globale pour l'ensemble des 108 travailleurs et donc une possibilité de négocier un volet social pour les travailleurs non repris, ce qui n'a jamais pu être discuté avec Stephan Jourdain."L'offre de Strazzante-Facella comprendrait, selon le Setca, la reprise de 36 travailleurs ainsi que la garantie de pourvoir négocier un volet social dans le cadre d'un accord global.Les Laminoirs de Longtain à Bois-d'Haine bénéficient actuellement d'une troisième procédure en réorganisation judiciaire qui se terminera le 28 février prochain et qui pourrait être prolongée jusqu'à fin mars.