Au sein d'une même organisation, les femmes reçoivent ainsi trois fois moins souvent une voiture de société que les hommes, selon une étude du gestionnaire de ressources humaines SD Worx et de l'Antwerp Management School relayée par De Standaard et Het Nieuwsblad mardi. L'analyse a été effectuée à la demande du SPF Sécurité sociale et de l'Office national de la sécurité sociale (ONSS).

Environ 17% des travailleurs jouissent d'une voiture de société. Mais ce sont surtout les hommes qui en profitent: près d'un quart des salariés en ont une, contre moins de 12% chez les femmes. Celles-ci reçoivent par contre plus souvent une autre allocation de mobilité. Elles sont ainsi presque deux fois plus susceptibles de toucher une intervention financière pour le transport public. Elles bénéficient également plus souvent d'une indemnité vélo et d'une autre pour s'être déplacées avec leur propre voiture. Mais toutes ces interventions, même combinées, sont inférieures à une voiture salaire.

Les hommes travaillent plus souvent dans des secteurs où les véhicules de société sont courants, tels que les technologies de l'information, l'énergie ou le secteur financier. Les différences selon les secteurs ne peuvent cependant pas expliquer complètement cet écart. SD Worx a également étudié les chiffres bruts en fonction des différences de secteur, d'âge, de nombre d'employés dans l'entreprise et de statut. Dans les organisations d'un même secteur et d'une taille similaire, les hommes ont au moins 2,9 fois plus souvent une voiture de société que leurs collègues féminines dont le statut et l'âge sont comparables.