Selon le député qui l'interrogeait, Tim Vandenput (Open Vld), également bourgmestre d'Hoeilaert, Ryanair tente ainsi d'éviter les amendes pour nuisances sonores au-dessus de la Région de Bruxelles-Capitale en décollant "plus court".

"Belgocontrol a constaté depuis plusieurs mois que les pilotes de (...) Ryanair demandaient régulièrement à décoller à partir du seuil de la piste de décollage. S'il n'existe pas de problème pour le contrôleur aérien, celui-ci accèdera à la demande du pilote. Le contrôleur aérien ne peut pas refuser une telle demande pour des raisons de sécurité, le pilote étant le seul à même de déterminer la distance de décollage nécessaire en fonction du poids et des performances de son appareil et des conditions météorologiques", a indiqué M. Bellot (MR).

Entre le 1er janvier et le 30 septembre 2017, 98% des décollages de vols Ryanair ont été opérés à partir du seuil de piste (la 25R, la plus utilisée pour les décollages), a ajouté le ministre en réponse à cette question écrite de M. Vandenput.

A titre de comparaison, seulement 13% des décollages de vols Ryanair ont été opérés à partir du seuil de piste entre le 1er janvier et le 30 septembre 2016.

Le journal 'La Libre Belgique' avait révélé en mai dernier la mise au point par Ryanair d'une "stratégie" de décollages courts (depuis le seuil de piste et en "poussant" les réacteurs de ses Boeing 737) au départ de Zaventem afin d'éviter de payer les amendes pour nuisances sonores imposées par la Région bruxelloise.