S'il fallait la comparer à un champion sportif, c'est sans doute à Michael Phelps, multi-médaillé olympique de natation. Car la start-up Riiot Labs s'est, elle aussi, illustrée par sa rapidité dans le domaine des piscines. Fondée voici deux ans au sein de The Faktory, l'accélérateur liégeois fondé par Pierre Lhoest (cofondateur d'EVS), la jeune pousse a mis au point un analyseur intelligent de piscine. Baptisé Blue, ce petit cylindre se glisse dans la piscine et ses capteurs permette...

S'il fallait la comparer à un champion sportif, c'est sans doute à Michael Phelps, multi-médaillé olympique de natation. Car la start-up Riiot Labs s'est, elle aussi, illustrée par sa rapidité dans le domaine des piscines. Fondée voici deux ans au sein de The Faktory, l'accélérateur liégeois fondé par Pierre Lhoest (cofondateur d'EVS), la jeune pousse a mis au point un analyseur intelligent de piscine. Baptisé Blue, ce petit cylindre se glisse dans la piscine et ses capteurs permettent de rester informé de la qualité de l'eau. Blue analyse le PH, la température et la salinité. Ce produit a rapidement attiré l'attention du public et des professionnels. Sélectionné au Grand Prix de l'Innovation (Paris) en 2016 et primé au derniers CES de Las Vegas, l'analyseur de Riiot Labs a aussi commencé à séduire les clients : commercialisé depuis début 2017, Blue devrait permettre à la start-up de générer 1 million d'euros de chiffre d'affaires pour sa première année, selon Benjamin Stévens, l'un des deux cofondateurs de Riiot Labs. Mais la start-up liégeoise a surtout rapidement intéressé les industriels du secteur. Dès octobre 2016, ses créateurs rencontraient les responsables de Fluidra, un géant espagnol de la piscine, coté en Bourse et doté d'un chiffre d'affaires de 800 millions d'euros. S'il a un temps été question de prise de participation, la discussion a rapidement viré au rachat. Une opération conclue fin juillet. Fluidra rachète 80 % de Riiot Labs pour un montant de 3,3 millions d'euros. Cela offre à The Faktory sa première exit, tandis que les deux patrons fondateurs restent à la tête de la jeune pousse et conservent les 20 % restants. A la question du timing rapide dans la vie de la start-up, Simon Alexandre, EVP general manager and partner de The Faktory, explique que " dans le créneau de l'Internet des objets, le scénario de la start-up indépendante a généralement peu de chances de réussir, car elle devient rapidement infinançable ". Avec Fluidra, Riiot Labs se trouve un partenaire aux reins solides doté d'un réseau de distribution bien établi dans les marchés prioritaires. Si l'adossement à l'espagnol se passe comme prévu, l'opération devrait assurer à Riiot Labs une petite avance. Tout bénéfice pour les fondateurs qui conservent 20 %. Mais aussi pour The Faktory car, d'après nos informations, le deal comprend un montant variable basé sur le nombre de Blue vendus dans les mois et années à venir.