Comment réaliser une communication qui touchera directement les familles et les enfants en bas âge ? Cette question, les services communication de nombreuses entreprises ont dû se la poser, à l'heure de lancer un nouveau produit destiné à ce marché spécifique. Difficile, en effet, de trouver les mots justes et le canal idéal pour toucher un public en culottes courtes.
...

Comment réaliser une communication qui touchera directement les familles et les enfants en bas âge ? Cette question, les services communication de nombreuses entreprises ont dû se la poser, à l'heure de lancer un nouveau produit destiné à ce marché spécifique. Difficile, en effet, de trouver les mots justes et le canal idéal pour toucher un public en culottes courtes. Depuis un an néanmoins, FromScratch semble avoir trouvé une partie de la solution. Cette jeune start-up, basée à Bruxelles, a fait de la communication des familles sa spécialité. Pour ce faire, elle développe des outils spécifiques, dont principalement des livres pour enfants. Un support physique qui, n'en déplaise aux adeptes du tout numérique, a toujours bien la cote. " Lorsqu'on l'offre, le livre physique est encore perçu comme un véritable cadeau, à l'inverse du numérique, qui est souvent associé au gratuit et qui donc ne représente pas grand-chose quand il est offert, explique Colienne du Bois, la fondatrice de FromScratch. Les livres fonctionnent particulièrement bien auprès des plus jeunes qui apprécient le toucher, le format, les couleurs, etc. " Les créations de la start-up sont utilisées par les sociétés la plupart du temps comme moyen d'activation et offertes à l'occasion, par exemple, d'un achat. " Cela permet ainsi aux entreprises de communiquer sur ce qu'elles souhaitent de façon ludique et éducative. La famille est un public très spécifique et à la fois crucial. Il s'agit souvent de clients fidèles mais auxquels il faut apporter une attention particulière. Si un enfant pleure dans la file d'attente d'un comptoir d'enregistrement à l'aéroport, c'est tout le reste de la clientèle qui en est affecté ", explique la responsable de FromScratch, qui sait de quoi elle parle. Elle a en effet récemment développé avec Brussels Airlines et Brussels Airport une communication spécifique pour les enfants. " Dans ce cas-ci, en plus du livre, tout un univers autour des Schtroumpfs avait été développé ", explique Colienne du Bois. Brussels Airlines et Brussels Airport ne sont pas les seuls clients de haut vol de la jeune entreprise. Après une année, la start-up a déjà convaincu plusieurs grands noms de lui faire confiance. " Nous comptons comme clientes une grosse vingtaine de grandes entreprises, dans à peu près tous les secteurs. On a, par exemple, travaillé avec Quick, Skoda, BNP Paribas Fortis, Devos Lemmens, Infrabel, etc. ", énumère la responsable du jeune groupe. Financé grâce une levée de fonds initiale de 320.000 euros menée auprès d'investisseurs privés, FromScratch est aujourd'hui bien parti pour réussir son pari. " Notre plan prévoit d'augmenter de 50 % notre chiffre d'affaires pour cette année. Actuellement, nous y sommes et nous devrions atteindre le break even en avril 2019 ", sourit la jeune responsable. Chaque communication développée pour la marque est entièrement personnalisée. Des personnages et du contenu du livre jusqu'au choix du papier, en passant par le format de l'ouvrage. " Les clients ont parfois une idée assez précise de ce qu'ils veulent mais souvent, ils nous laissent énormément de liberté, explique Colienne du Bois, qui tente de faire preuve d'une très grande réactivité. Cela dépend toujours des formats et du nombre d'imprimés, mais nous pouvons réaliser complètement un livre en deux mois. " Pour répondre aux attentes, From-Scratch peut compter sur un allié de poids. La start-up est en réalité une initiative de Caramel, une maison d'édition bruxelloise, spécialisée dans les livres pour enfants. " J'y ai travaillé durant deux ans en tant que commerciale. FromScratch est venu d'un défi que m'ont lancé les deux fondateurs de la maison d'édition ", sourit la CEO. Un soutien et une connaissance du monde des enfants qui est forcément utile. " Lancer FromScratch sans leur expertise n'aurait probablement pas été possible, ajoute Colienne du Bois. Puis, travailler avec eux permet des échanges entre les équipes. Nous faisons parfois appel à leurs illustrateurs Mais même s'il y a des points communs, les métiers restent assez différents. " La fondatrice de la start-up ne voit d'ailleurs pas les autres maisons d'édition comme de possibles concurrents. " A ma connaissance, aucune autre ne s'est lancée sur ce secteur. En réalité, nous sommes actuellement assez seuls sur le marché. C'est évidemment positif pour nous mais cela ne me dérangerait pas de voir arriver de nouveaux acteurs. Je trouve que la concurrence est stimulante. " Mais si la rivalité sur le marché est encore rare, l'entreprise ne compte pas se reposer sur ses lauriers pour autant. " Nous souhaitons désormais rapidement s'étendre à l'étranger, notamment en France qui est désormais notre priorité, ajoute encore Colienne du Bois. Nous ne pouvons pas nous limiter à la Belgique. Nos commandes sont faites au minium pour 10.000 livres. On vise donc les grandes entreprises. Même si nous pouvons renouveler chaque année les partenariats avec certaines firmes, ce n'est pas un type de communication qui se fait de manière régulière. Il est donc important d'élargir notre portefeuille de clients "L'entreprise s'attaquera ensuite rapidement aux autres pays voisins de la Belgique et souhaite, à terme, être présent partout en Europe. En attendant la conquête du Vieux Continent, la jeune entreprise pense également à diversifier son offre. " Nous souhaitons nous élargir à la communication interne des entreprises. L'idée serait de développer des livres pour les enfants du personnel afin d'expliquer le travail de leurs parents, explique la responsable. J'aimerais également collaborer avec des institutions publiques pour réaliser des projets d'éducation, comme des livres sur le fonctionnement du Parlement européen, par exemple. " Une ambition qui devrait ravir les imprimeurs.Par Arnaud Martin.