L'entité principale, Genesis Global Holdco, et deux de ses filiales (Genesis Global Capital et Genesis Asia Pacific) ont déposé jeudi soir des documents auprès du tribunal des faillites du district sud de New York. Les autres filiales de la société new-yorkaise, spécialisées dans les produits dérivés, les opérations au comptant et la protection de cryptoactifs, ainsi que sa branche dédiée au courtage ne sont en revanche pas concernées par cette procédure et poursuivent leurs activités, a précisé Genesis.

La plateforme, qui indique avoir plus de 100.000 créanciers et entre 1 et 10 milliards de dollars d'actif comme de passif, est la dernière victime de l'effondrement de FTX et de la société de courtage et d'investissement Alameda Research. Leur fondateur, Samuel Bankman-Fried, est inculpé aux Etats-Unis, notamment pour fraude et association de malfaiteurs. Il est soupçonné d'avoir utilisé des fonds déposés par des clients de FTX pour réaliser des opérations financières spéculatives par le biais d'Alameda Research.

FTX et Alameda ont déposé le bilan en novembre, créant une onde de choc pour l'ensemble du marché des cryptomonnaies. Quelques jours après ces faillites, Genesis, une filiale de Digital Currency Group, avait suspendu la possibilité pour les prêteurs de retirer leurs cryptomonnaies.

L'entreprise avait prêté des sommes conséquentes à Alameda ainsi qu'à Three Arrows Capital, un fonds spéculatif singapourien en cryptomonnaies qui a aussi fait faillite l'an dernier. La société a par ailleurs un différend avec la plateforme d'échanges Gemini, qui souhaite récupérer les quelque 900 millions de dollars en cryptomonnaies qu'elle a placés chez Genesis.

Le gendarme boursier américain, la SEC, a engagé la semaine dernière des poursuites contre Genesis et Gemini pour avoir proposé de faire des prêts sans s'enregistrer auprès des autorités compétentes.

"Bien que nous ayons fait des progrès significatifs en affinant notre plan de développement pour remédier aux problèmes de liquidités causés par les récents défis exceptionnels de notre secteur, dont le défaut de paiement de Three Arrows Capital et la faillite de FTX, une restructuration est la voie la plus efficace pour préserver les actifs et créer le meilleur résultat possible pour toutes les parties prenantes de Genesis", a déclaré dans un communiqué Derar Islim, le patron par intérim de la société.

Genesis assure disposer de 150 millions de dollars en espèces pour mener à bien le processus de restructuration et soutenir les opérations de ses filiales encore actives.

L'entité principale, Genesis Global Holdco, et deux de ses filiales (Genesis Global Capital et Genesis Asia Pacific) ont déposé jeudi soir des documents auprès du tribunal des faillites du district sud de New York. Les autres filiales de la société new-yorkaise, spécialisées dans les produits dérivés, les opérations au comptant et la protection de cryptoactifs, ainsi que sa branche dédiée au courtage ne sont en revanche pas concernées par cette procédure et poursuivent leurs activités, a précisé Genesis.La plateforme, qui indique avoir plus de 100.000 créanciers et entre 1 et 10 milliards de dollars d'actif comme de passif, est la dernière victime de l'effondrement de FTX et de la société de courtage et d'investissement Alameda Research. Leur fondateur, Samuel Bankman-Fried, est inculpé aux Etats-Unis, notamment pour fraude et association de malfaiteurs. Il est soupçonné d'avoir utilisé des fonds déposés par des clients de FTX pour réaliser des opérations financières spéculatives par le biais d'Alameda Research.FTX et Alameda ont déposé le bilan en novembre, créant une onde de choc pour l'ensemble du marché des cryptomonnaies. Quelques jours après ces faillites, Genesis, une filiale de Digital Currency Group, avait suspendu la possibilité pour les prêteurs de retirer leurs cryptomonnaies.L'entreprise avait prêté des sommes conséquentes à Alameda ainsi qu'à Three Arrows Capital, un fonds spéculatif singapourien en cryptomonnaies qui a aussi fait faillite l'an dernier. La société a par ailleurs un différend avec la plateforme d'échanges Gemini, qui souhaite récupérer les quelque 900 millions de dollars en cryptomonnaies qu'elle a placés chez Genesis. Le gendarme boursier américain, la SEC, a engagé la semaine dernière des poursuites contre Genesis et Gemini pour avoir proposé de faire des prêts sans s'enregistrer auprès des autorités compétentes. "Bien que nous ayons fait des progrès significatifs en affinant notre plan de développement pour remédier aux problèmes de liquidités causés par les récents défis exceptionnels de notre secteur, dont le défaut de paiement de Three Arrows Capital et la faillite de FTX, une restructuration est la voie la plus efficace pour préserver les actifs et créer le meilleur résultat possible pour toutes les parties prenantes de Genesis", a déclaré dans un communiqué Derar Islim, le patron par intérim de la société. Genesis assure disposer de 150 millions de dollars en espèces pour mener à bien le processus de restructuration et soutenir les opérations de ses filiales encore actives.