Le plan "vise une restructuration financière, un retour à la profitabilité, un meilleur service au client et l'excellence des opérations sur le terrain", indique Jean-Pierre Hansen.

Il prévoit également une cession de matériel roulant et des petites participations dans les terminaux. L'entreprise envisage aussi de réduire le nombre d'agents du groupe SNCB auxquels elle fait appel via des contrats de mise à disposition, détaille L'Echo.

L'objectif, "c'est réduire les ambitions de l'entreprise et ramener ses activités à ce que nous considérons comme notre métier de base, c'est-à-dire les exploitations de transport pour lesquelles nous sommes bien placés", explique le président.

Celui-ci se refuse néanmoins à parler de situation de faillite. "Ce n'est pas la perspective dans laquelle s'inscrit aujourd'hui le conseil d'administration."

Il plaide par ailleurs pour des aides publiques au fret ferroviaire. "A mon sens, il y a une dimension de service économique d'intérêt général. J'observe d'ailleurs que la Suisse, qui me parait être une pays d'économie de marché, subsidie les opérateurs de transport par rail sans que personne n'y trouve à redire", rapporte-t-il encore.

Avec Belga

Le plan "vise une restructuration financière, un retour à la profitabilité, un meilleur service au client et l'excellence des opérations sur le terrain", indique Jean-Pierre Hansen. Il prévoit également une cession de matériel roulant et des petites participations dans les terminaux. L'entreprise envisage aussi de réduire le nombre d'agents du groupe SNCB auxquels elle fait appel via des contrats de mise à disposition, détaille L'Echo. L'objectif, "c'est réduire les ambitions de l'entreprise et ramener ses activités à ce que nous considérons comme notre métier de base, c'est-à-dire les exploitations de transport pour lesquelles nous sommes bien placés", explique le président. Celui-ci se refuse néanmoins à parler de situation de faillite. "Ce n'est pas la perspective dans laquelle s'inscrit aujourd'hui le conseil d'administration." Il plaide par ailleurs pour des aides publiques au fret ferroviaire. "A mon sens, il y a une dimension de service économique d'intérêt général. J'observe d'ailleurs que la Suisse, qui me parait être une pays d'économie de marché, subsidie les opérateurs de transport par rail sans que personne n'y trouve à redire", rapporte-t-il encore. Avec Belga