"Face à l'affaissement de plus en plus important du marché du disque, la Sabam a estimé qu'un renouvellement de son contrat avec Universal Music International ne lui donnait plus les garanties suffisantes en termes de rentabilité. La gestion de ce contrat se serait faite à perte et donc au détriment des associés", explique le directeur général, Christophe Depreter.

Dans le cadre de sa mission de défense des droits de ses membres, la Sabam poursuivra sa politique de positionnement sur le marché européen de la culture, indique-t-elle.

En 2009, la Sabam a versé quelque 164 millions d'euros de droits d'auteur aux artistes-créateurs, soit un recul de 16 pc par rapport à l'année précédente.

Trends.be avec Belga

"Face à l'affaissement de plus en plus important du marché du disque, la Sabam a estimé qu'un renouvellement de son contrat avec Universal Music International ne lui donnait plus les garanties suffisantes en termes de rentabilité. La gestion de ce contrat se serait faite à perte et donc au détriment des associés", explique le directeur général, Christophe Depreter. Dans le cadre de sa mission de défense des droits de ses membres, la Sabam poursuivra sa politique de positionnement sur le marché européen de la culture, indique-t-elle. En 2009, la Sabam a versé quelque 164 millions d'euros de droits d'auteur aux artistes-créateurs, soit un recul de 16 pc par rapport à l'année précédente. Trends.be avec Belga