S'exprimant à Doha, Akbar al-Baker a affirmé que les sommes que Qatar Airways reçoit de l'Etat prennent la forme d'une participation "légitime", ajoutant que les avions de sa compagnie sont bien plus propres pour l'environnement que ceux de Delta. "Je pense que M. (Richard) Anderson (patron de Delta, ndlr) ne sait pas faire la différence entre participation et subvention. Nous ne recevons jamais une quelconque subvention", a dit le patron de Qatar Airways. Les compagnies aériennes du Golfe sont de nouveau sous le feu de critiques aux Etats-Unis et en Europe pour "concurrence déloyale".

Le 5 mars, American Airlines, Delta Air Lines et United Airlines ont demandé aux autorités américaines des mesures de protection contre Emirates, Etihad et Qatar Airways qui, selon elles, ont reçu 42 milliards de dollars de subventions de leurs gouvernements de tutelle depuis 2004.

M. al-Baker, connu pour son franc-parler, a tiré lundi à boulets rouges sur Delta qu'il a accusée de faire voler "des avions pourris qui ont 35 ans", alors qu'il s'exprimait sur la pollution dans l'industrie aéronautique.

Pour sa part, Qatar Airways dispose d'une "flotte ultra-moderne" et est la compagnie aérienne qui émet le moins de CO2, a-t-il ajouté.

Le mois dernier, des déclarations controversées du patron de Delta avaient rendu furieuses les compagnies du Golfe et Emirates avait rejeté des excuses présentées par M. Anderson, qui avait suggéré un lien entre les compagnies du Golfe et les attentats du 11 septembre 2001.