Au premier trimestre 2019, l'industrie britannique a produit 370.289 voitures, soit près de 16% de moins qu'au premier trimestre 2018. Le recul de production a été constaté tant pour le marché domestique (-11,7%) que pour l'étranger (-17%). En mars, la baisse de production a été de 14,4%. La faiblesse de la demande sur les marchés asiatiques et européens a été un facteur important dans la baisse de production de même que des changements de modèles.

En cas de négociations fructueuses pour une sortie de l'UE, avec un accord favorable et une période de transition, la production de voitures au Royaume-Uni devrait atteindre 1,36 million d'unités en 2019, contre 1,52 million en 2018. Elle devrait ensuite remonter à 1,42 million d'unités en 2021. En cas de Brexit dur par contre, la production devrait baisser de 30% pour atteindre 1,07 millions de voitures en 2021, un niveau "proche des jours sombres du milieu des années 1980".

Au premier trimestre 2019, l'industrie britannique a produit 370.289 voitures, soit près de 16% de moins qu'au premier trimestre 2018. Le recul de production a été constaté tant pour le marché domestique (-11,7%) que pour l'étranger (-17%). En mars, la baisse de production a été de 14,4%. La faiblesse de la demande sur les marchés asiatiques et européens a été un facteur important dans la baisse de production de même que des changements de modèles. En cas de négociations fructueuses pour une sortie de l'UE, avec un accord favorable et une période de transition, la production de voitures au Royaume-Uni devrait atteindre 1,36 million d'unités en 2019, contre 1,52 million en 2018. Elle devrait ensuite remonter à 1,42 million d'unités en 2021. En cas de Brexit dur par contre, la production devrait baisser de 30% pour atteindre 1,07 millions de voitures en 2021, un niveau "proche des jours sombres du milieu des années 1980".