Il n'y avait ni manifestants ni banderoles sur le site nord de Liege Airport lors de l'inauguration sous le soleil du premier bâtiment de Cainiao Network, ce lundi 8 novembre. L'arrivée dans la Cité ardente de la filiale logistique du champion chinois de l'e-commerce, Alibaba, n'était pourtant pas la bienvenue pour tout le monde.
...

Il n'y avait ni manifestants ni banderoles sur le site nord de Liege Airport lors de l'inauguration sous le soleil du premier bâtiment de Cainiao Network, ce lundi 8 novembre. L'arrivée dans la Cité ardente de la filiale logistique du champion chinois de l'e-commerce, Alibaba, n'était pourtant pas la bienvenue pour tout le monde. Un groupe de collectifs de citoyens, Stop Alibaba, s'est régulièrement illustré par son opposition à ce projet cher à Liege Airport et au gouvernement wallon, ainsi qu'aux extensions projetées de l'aéroport. Il s'est contenté d'une manifestation dans le centre-ville deux jours plus tard. L'arrivée de Cainiao, qui a recruté 200 personnes, matérialise le rôle grandissant de Liege Airport comme plateforme pour le commerce en ligne. Si la Belgique n'a pu attirer Amazon, elle a intéressé son rival chinois, Alibaba. Cainiao a ouvert ce qu'il appelle un eWTP hub (electronic world trade platform) à Liege Airport, un bâtiment de 30.000 m2 pour recevoir, trier, dédouaner et réexpédier des colis partout en Europe, généralement par camions (60 par jour). Il devrait aussi recevoir du fret par train (à savoir deux convois hebdomadaires en provenance de Chine qui étaient jusqu'alors suspendus en raison de la pandémie) et utiliser le port d'Anvers.Cette implantation en Belgique paraît singulière car Alibaba est surtout populaire dans le sud de l'Europe ou en Pologne, moins chez nous. Mais le groupe a l'ambition de se développer partout sur le continent. Il se présente comme un outil au service des PME. Surtout chinoises. Les représentants de Cainiao ont mis en avant, à l'inauguration, l'aide que la plateforme pourrait apporter aux PME belges pour vendre en Chine. Liege Airport a convaincu le groupe chinois d'une offre attractive et d'une situation idéale, entre l'Allemagne et la France. Alibaba et sa filiale logistique étaient déjà actifs à Liege Airport, à travers des partenaires comme Swissport, WFS ou Sinotrans. Mais le vaste bâtiment de l'eWTP Hub de Cainiao rend désormais visible un flux qui n'était pas petit. "Actuellement, nous avons trois avions par jour, indique Noël Dabe, directeur opérationnel du site, soit 300 tonnes." Les compagnies utilisées sont ASL, AirBridge Cargo, Saudi, Ethiopian, ATC. Les contrats signés par Cainiao lui permettent de porter à 120.000 m2 ses bâtiments sur le site de Liege Airport et son effectif direct à 900 personnes, pour un investissement total de 100 millions d'euros. "Nous espérons y arriver en 2025", continue Noël Dabe. Cela se traduira par cinq avions par jour, qui opéreront généralement entre 12 h et 20 h. Cainiao est une manière pour le groupe Alibaba de devenir plus compétitif face à Amazon. Le groupe fondé en 1999 à Hangzhou fonctionne différemment de son concurrent américain. Alors qu'Amazon est surtout un commerçant qui vend lui-même à ses clients avec une logistique intégrée, Alibaba se cantonne au rôle d'intermédiaire, n'écoule rien lui-même mais gère des places de marché comme AliExpress, connue en Europe, ou Tmall et Taobao en Chine. Il a suivi une approche "light", plus rentable à court terme, démarrant en B to B pour s'étendre ensuite en B to C. Il se limitait à mettre en contact acheteurs et vendeurs et à toucher une commission. Les entreprises vendeuses géraient elles-mêmes la livraison. Pour améliorer la satisfaction des clients et doper sa croissance, Alibaba a voulu maîtriser la logistique en fondant en 2013 un consortium, Cainiao Network Technology, avec des partenaires dans le métier. Il peut ainsi proposer aux vendeurs de ses plateformes un service de livraison homogène. L'amélioration de ce réseau logistique passe par l'ouverture d'un eWTP hub, tel celui de Liège, géré par la société de droit belge Alibaba Smart Hub Belgium. Les autres eWT hubs sont situés à Kuala Lumpur et Hong Kong. L'objectif affiché de Cainiao est de livrer en 24 heures en Chine et en 72 heures à l'international grâce à ces hubs très digitalisés. De quoi permettre à Alibaba et ses plateformes de mieux rivaliser avec Amazon, surtout hors de Chine. Aujourd'hui, les livraisons se font en plusieurs semaines, à moindre coût. Les représentants de Cainiao à Liege Airport n'ont pas indiqué d'échéance précise pour la livraison en 72 heures. " As soon as possible", nous a répondu Derek Sun, general manager du hub liégeois, seul Chinois du bâtiment. "Nous ne faisons pas l'express, nous avons un service prioritaire qui assure la livraison en 10 jours", poursuit Noël Dabe, qui précise que pour accélérer les livraisons, Cainiao et ses clients organisent à Bierset des stocks stratégiques pour les produits très demandés, "comme des coques pour smartphones". Pour accueillir Cainiao, Liege Airport a déroulé le tapis rouge. Et les bulldozers, car il a fallu casser des routes construites dans la zone nord pour accueillir le bâtiment. L'édifice de Cainiao est en effet perpendiculaire au tarmac où stationnent les avions, contrairement aux autres bâtiments construits jusqu'ici, notamment celui de Swissport, placés parallèlement. Ce bouleversement est dû à la taille de l'implantation de Cainaio, bien plus vaste que les premiers édifices. Le bâtiment est divisé en deux: la partie vers le tarmac, airside (celle située avant les contrôles de douane ou de passeports), est isolée par un haut grillage de la partie arrière, qui contient un centre de tri de colis. L'arrivée de Cainiao ravit les autorités wallonnes, navrées de voir le premier client de Liege Airport, FedEx, réduire son activité à partir de l'an prochain. Contre vents et marées, les exécutifs successifs de la Région wallonne ont encouragé (et subsidié) le développement de l'aéroport et de son rôle logistique, avançant l'argument de l'emploi, en particulier pour les moins qualifiés. "La réduction de l'empreinte carbone est un facteur pris en compte", a toutefois déclaré le ministre wallon en charge des aéroports, Jean-Luc Crucke, qui a mentionné "l'optimisation du packaging et du recyclage du papier", et l'optimisation des routes suivies par les camions pour "diminuer la pollution" et mieux respecter les riverains. La Région wallonne a mis en place un programme de rachat ou d'isolation phonique des logements les plus touchés par le bruit des avions, ce qui n'a toutefois pas empêché divers recours. Cainiao, très discrète jusqu'ici, a voulu montrer sa bonne volonté d'intégration à Liège. Comme TNT naguère, elle sponsorise le Standard de Liège, une annonce faite juste avant l'ouverture. Elle a par ailleurs fourni du matériel aux victimes des inondations. Il est encore trop tôt pour mesurer l'impact réel de Cainiao à Liege Airport. le groupe a certes créé des emplois, mais une partie semble recrutée dans les effectifs des entreprises voisines. La nouvelle installation a par ailleurs repris des activités sous-traitées auparavant auprès d'autres handlers de l'aéroport. Cainiao représenterait 4% du trafic actuel, contre 10 fois plus pour FedEx/TNT. Le point positif est que le nouvel arrivant constitue une solution pour des salariés de FedEx, qui est en restructuration (157 licenciements prévus) pour réaliser sa fusion avec TNT, acquis par FedEx (*). Du reste, Noël Dabe vient tout droit de TNT, de l'autre côté de la piste, où il était senior operation manager. Ce nouvel acteur devrait conforter à terme la progression de Liege Airport, dont le CEO ad interim, Frédéric Jacquet, espère frôler le 1,5 million de tonnes pour cette année, contre 1,12 en 2020 (+24%). Tout l'inverse des aéroports de passagers. Liege Airport a bénéficié de la disparition du fret de soute des avions passagers pendant les confinements, mais il revient progressivement, ce qui pourrait freiner la croissance, sans parler des effets des pénuries qui pèsent actuellement. Liege Airport mise sur une croissance moyenne de 4% l'an pour les 20 prochaines années.