Le constructeur automobile Elon Musk n'aime pas les spéculateurs, et encore moins ceux qui veulent s'enrichir en prédisant la mort de sa société. La crise du coronavirus n'a pourtant pas freiné l'entreprise dans ses ambitions. A ce jour, l'action Tesla vaut plus de 1 200 dollars et sa capitalisation dépasse les 200 milliards de dollars.
...

Le constructeur automobile Elon Musk n'aime pas les spéculateurs, et encore moins ceux qui veulent s'enrichir en prédisant la mort de sa société. La crise du coronavirus n'a pourtant pas freiné l'entreprise dans ses ambitions. A ce jour, l'action Tesla vaut plus de 1 200 dollars et sa capitalisation dépasse les 200 milliards de dollars. De façon assez originale, comme à son habitude, Elon Musk s'est attaqué sur Twitter à ces spéculateurs, et plus précisément à ceux qu'on appelle aux Etats-Unis les "shortsellers", ceux et celles qui vendent leurs actions à découvert en anticipant une forte baisse. Sur Twitter, le milliardaire fantasque annonçait la semaine dernière la mise en vente d'un mini-short en satin rouge sur l'e-shop de la marque: "Tesla va fabriquer un mini short fabuleux en satin rouge avec des inscriptions dorées. J'en enverrai à la Shortseller Enrichment Commission pour les réconforter dans ces temps difficiles." En parlant de la "Shortseller Enrichment Commission", le patron de Tesla fait référence à la SEC (Securities and Exchange Commission) qu'Elon Musk accuse de favoriser les spéculateurs qui souhaitent se faire de l'argent sur le dos des sociétés en détresse. La petite blague fonctionne mieux aux États-Unis, où le produit porte le nom 'Short shorts', en référence à ces short sellers. Les lettres 'S', 'X' et 'Y', ainsi que le chiffre '3' gravés à l'arrière du mini-short (ensemble, ils forment le mot 'S3XY') rappellent le nom des différents modèles de voitures commercialisées par Tesla. L'homme d'affaires a concrétisé ses dires ce week-end:En parcourant la boutique en ligne de Tesla, à côte des casquettes et des t-shirts floqués du nom et du sigle de l'entreprise américaine, on peut effectivement acheter le vêtement en question au prix de 75 euros.Selon Elon Musk, le site croulait sous les commandes quelques heures après son annonce.