Paul Magnette explique avoir tenu ces propos dans la presse flamande en réaction à la "fascination" vivant selon lui en Flandre pour le modèle des Pays-Bas voisins, où la flexibilisation des conditions de travail du secteur nourrit la concurrence et mine les conditions de travail et les droits des travailleurs.

"Moi, je dis aux journalistes flamands : non, il ne faut pas flexibiliser à cause d'une concurrence avec les Pays-Bas. Il ne faut pas tirer vers le bas. Déjà, pour l'environnement, c'est mauvais."

Il considère aussi que ça n'apporte pas de l'emploi mais le déplace, en plus de supprimer le contact humain avec le vendeur.

Mais quant à rêver de faire disparaître l'e-commerce, "non, bien sûr, il n'est pas question de faire disparaître tout l'e-commerce. Il n'est pas question d'interdire, mais ce n'est pas le modèle que je défends." Enfin, dans le débat sur le travail de nuit du secteur, Paul Magnette exclut tout travail au-delà de minuit. "On peut discuter du travail de soirée, mais jusqu'à minuit, pas au-delà".

Paul Magnette explique avoir tenu ces propos dans la presse flamande en réaction à la "fascination" vivant selon lui en Flandre pour le modèle des Pays-Bas voisins, où la flexibilisation des conditions de travail du secteur nourrit la concurrence et mine les conditions de travail et les droits des travailleurs. "Moi, je dis aux journalistes flamands : non, il ne faut pas flexibiliser à cause d'une concurrence avec les Pays-Bas. Il ne faut pas tirer vers le bas. Déjà, pour l'environnement, c'est mauvais." Il considère aussi que ça n'apporte pas de l'emploi mais le déplace, en plus de supprimer le contact humain avec le vendeur. Mais quant à rêver de faire disparaître l'e-commerce, "non, bien sûr, il n'est pas question de faire disparaître tout l'e-commerce. Il n'est pas question d'interdire, mais ce n'est pas le modèle que je défends." Enfin, dans le débat sur le travail de nuit du secteur, Paul Magnette exclut tout travail au-delà de minuit. "On peut discuter du travail de soirée, mais jusqu'à minuit, pas au-delà".