Le PMI manufacturier s'est inscrit à 46,1 points en décembre, contre 46,3 dans la précédente estimation. Il était à 46,2 points en novembre. Il s'agit du 17e mois consécutif de baisse de l'activité manufacturière dans la zone euro.

L'activité se contracte quand l'indice est inférieur à 50 points et accélère quand il dépasse ce seuil. "Le secteur manufacturier de la zone euro reste fermement ancré en récession en cette fin d'année 2012", souligne Chris Williamson, chef économiste de Markit, pour qui cette baisse de production est conforme à un recul trimestriel du PIB d'environ 1%.

"Bien que moins sévère qu'au trimestre précédent, cette chute de l'activité constitue un frein important à la croissance économique de la zone euro. La récession semble donc s'être renforcée dans la région au quatrième trimestre", selon lui.

Pour cet économiste, bien que les perspectives de la demande semblent s'améliorer légèrement en 2013 sur certains marchés d'exportation comme les Etats-Unis ou la Chine, la reprise dépendra "d'une amélioration de la compétitivité des entreprises". En la matière, "l'Irlande pourrait servir de modèle aux autres pays de la zone euro".

Une fois de plus, l'Irlande fait en effet figure d'exception parmi les pays couverts par l'enquête: l'activité du secteur manufacturier y a progressé en décembre, puisque le pays enregistre un indice de 51,4.

La contraction a ralenti en France (44,6), en Italie (46,7) et aux Pays-Bas (49,6) par rapport aux mois précédents. En revanche, elle s'est accentuée en Allemagne (46,0), Espagne (44,6), Autriche (48,1) et Grèce (41,4).

Le PMI manufacturier s'est inscrit à 46,1 points en décembre, contre 46,3 dans la précédente estimation. Il était à 46,2 points en novembre. Il s'agit du 17e mois consécutif de baisse de l'activité manufacturière dans la zone euro. L'activité se contracte quand l'indice est inférieur à 50 points et accélère quand il dépasse ce seuil. "Le secteur manufacturier de la zone euro reste fermement ancré en récession en cette fin d'année 2012", souligne Chris Williamson, chef économiste de Markit, pour qui cette baisse de production est conforme à un recul trimestriel du PIB d'environ 1%. "Bien que moins sévère qu'au trimestre précédent, cette chute de l'activité constitue un frein important à la croissance économique de la zone euro. La récession semble donc s'être renforcée dans la région au quatrième trimestre", selon lui. Pour cet économiste, bien que les perspectives de la demande semblent s'améliorer légèrement en 2013 sur certains marchés d'exportation comme les Etats-Unis ou la Chine, la reprise dépendra "d'une amélioration de la compétitivité des entreprises". En la matière, "l'Irlande pourrait servir de modèle aux autres pays de la zone euro". Une fois de plus, l'Irlande fait en effet figure d'exception parmi les pays couverts par l'enquête: l'activité du secteur manufacturier y a progressé en décembre, puisque le pays enregistre un indice de 51,4. La contraction a ralenti en France (44,6), en Italie (46,7) et aux Pays-Bas (49,6) par rapport aux mois précédents. En revanche, elle s'est accentuée en Allemagne (46,0), Espagne (44,6), Autriche (48,1) et Grèce (41,4).