L'arrêt vise principalement la disposition qui concerne les entreprises qui reprennent les activités d'une société en difficulté, leur permettant de choisir les employés qui sont réengagés. Cet élément est en conflit avec une directive européenne de 2001 qui prévoit que les droits sociaux des employés sont garantis en cas de reprise.