"Si Fiat croît, c'est une bonne nouvelle. Je pense qu'il s'agit d'une opération brillante, qui protège les emplois dans notre pays et conduit à la naissance d'un géant européen de l'automobile", a déclaré M. Salvini lors d'une conférence de presse. Une telle opération est "un signe d'orgueil, de présence et de vivacité" de la part de l'Italie, a-t-il dit. Mais, a-t-il insité, il est "fondamental" qu'elle "protège les postes de travail" et soit basée sur "un plan industriel qui ne regarde pas à court terme, mais à moyen et long terme".

Le constructeur automobile italo-américain Fiat Chrysler (FCA) a présenté lundi un projet de fusion avec son homologue français Renault, afin de donner naissance au troisième groupe mondial du secteur, une annonce saluée par les investisseurs et le gouvernement français. Il s'agit d'un mariage dit "entre égaux": la nouvelle entité serait détenue à 50% par les actionnaires du constructeur italo-américain et à 50% par ceux de Renault et serait cotée à Paris, New York et Milan. Le nouveau groupe aurait des ventes annuelles de 8,7 millions de véhicules et une "forte présence dans des régions et segments clés", a souligné Fiat Chrysler dans un communiqué.