Elle faisait l'objet d'une procédure de réorganisation judiciaire (PRJ) depuis le mois de décembre dernier et le sursis accordé dans ce cadre avait été prolongé plusieurs fois par le tribunal de commerce, dans l'espoir que l'entreprise trouve un repreneur. Le dernier restant en lice, le groupe américain Avery, avait cependant jeté l'éponge la semaine dernière.

Mercredi, la SA IdemPapers a dès lors déposé une requête devant le tribunal de commerce du Brabant wallon pour lui demander de mettre fin anticipativement à la PRJ - elle courait théoriquement jusqu'au 12 juin - et de constater que les conditions de la faillite étaient remplies. Le dossier été examiné jeudi matin lors d'une courte audience où tant le juge délégué que le ministère public n'ont pu que constater que le contenu de la requête d'IdemPapers correspondait à ce qu'il s'est passé les semaines précédentes. IdemPapers a notamment accumulé une dette de 2,479 millions d'euros vis-à-vis de l'ONSS. Après s'être brièvement retiré, le tribunal de commerce a prononcé la faillite de l'entreprise. Deux curateurs ont été nommés.

Elle faisait l'objet d'une procédure de réorganisation judiciaire (PRJ) depuis le mois de décembre dernier et le sursis accordé dans ce cadre avait été prolongé plusieurs fois par le tribunal de commerce, dans l'espoir que l'entreprise trouve un repreneur. Le dernier restant en lice, le groupe américain Avery, avait cependant jeté l'éponge la semaine dernière.Mercredi, la SA IdemPapers a dès lors déposé une requête devant le tribunal de commerce du Brabant wallon pour lui demander de mettre fin anticipativement à la PRJ - elle courait théoriquement jusqu'au 12 juin - et de constater que les conditions de la faillite étaient remplies. Le dossier été examiné jeudi matin lors d'une courte audience où tant le juge délégué que le ministère public n'ont pu que constater que le contenu de la requête d'IdemPapers correspondait à ce qu'il s'est passé les semaines précédentes. IdemPapers a notamment accumulé une dette de 2,479 millions d'euros vis-à-vis de l'ONSS. Après s'être brièvement retiré, le tribunal de commerce a prononcé la faillite de l'entreprise. Deux curateurs ont été nommés.