La Commission de régulation de l'électricité et du gaz confirme et précise que le montant de 100 millions d'euros est le résultat de deux éléments. D'une part, les recettes de la surcharge offshore (les parcs éoliens en mer) ont été beaucoup plus faibles que prévu, une conséquence de la crise du coronavirus, selon le rapport. En revanche, le coût d'achat des certificats verts a été beaucoup plus élevé que prévu, car 2020 a été "très venteux".

Le régulateur a également souligné que l'étude était "une première base de réflexion qui pourra faire l'objet d'actualisations et pour laquelle des analyses complémentaires sont en cours".

Converti en facture pour les ménages, cela représente une augmentation limitée de 5 à 6 euros sur une base annuelle.

Mais, selon Bert Wollants, cette augmentation vient s'ajouter à toute une série de hausse de prix au cours des dernières années. La Chambre des représentants a pourtant voté à une large majorité que le surcoût fédéral - tout ce qui se retrouve dans la facture énergétique en raison de la politique fédérale - ne doit pas augmenter d'ici 2021, et doit même diminuer.

Le député nationaliste demande que le gouvernement et la ministre de l'Energie Tinne Van der Straeten (Groen) prennent une initiative comme promis. "Le Parlement a imposé à une large majorité au gouvernement de réduire la part fédérale de la facture énergétique par rapport à 2021", souligne-t-il. "En tant que co-auteur de cette résolution, je demande au gouvernement et à mes co-auteurs de faire tout leur possible pour tenir leur parole. 100 millions d'euros de plus en 2022 n'est pas une option pour nos familles et nos entreprises, pas plus que d'attendre septembre, octobre ou novembre pour régler ce problème."

D'après Bert Wollants, un texte devrait pouvoir être débattu au parlement avant l'été.

Dans une réaction, la ministre Van der Straeten dit avoir demandé à la Creg de développer un tableau de bord pour surveiller en permanence le prix de l'énergie, afin qu'une norme énergétique puisse être introduite pour les citoyens et les entreprises. "Une facture énergétique abordable est essentielle pour les citoyens et les entreprises. La protection de la compétitivité de nos entreprises et du pouvoir d'achat de nos familles est une priorité pour ce gouvernement", a-t-elle assuré.

La Commission de régulation de l'électricité et du gaz confirme et précise que le montant de 100 millions d'euros est le résultat de deux éléments. D'une part, les recettes de la surcharge offshore (les parcs éoliens en mer) ont été beaucoup plus faibles que prévu, une conséquence de la crise du coronavirus, selon le rapport. En revanche, le coût d'achat des certificats verts a été beaucoup plus élevé que prévu, car 2020 a été "très venteux". Le régulateur a également souligné que l'étude était "une première base de réflexion qui pourra faire l'objet d'actualisations et pour laquelle des analyses complémentaires sont en cours".Converti en facture pour les ménages, cela représente une augmentation limitée de 5 à 6 euros sur une base annuelle.Mais, selon Bert Wollants, cette augmentation vient s'ajouter à toute une série de hausse de prix au cours des dernières années. La Chambre des représentants a pourtant voté à une large majorité que le surcoût fédéral - tout ce qui se retrouve dans la facture énergétique en raison de la politique fédérale - ne doit pas augmenter d'ici 2021, et doit même diminuer. Le député nationaliste demande que le gouvernement et la ministre de l'Energie Tinne Van der Straeten (Groen) prennent une initiative comme promis. "Le Parlement a imposé à une large majorité au gouvernement de réduire la part fédérale de la facture énergétique par rapport à 2021", souligne-t-il. "En tant que co-auteur de cette résolution, je demande au gouvernement et à mes co-auteurs de faire tout leur possible pour tenir leur parole. 100 millions d'euros de plus en 2022 n'est pas une option pour nos familles et nos entreprises, pas plus que d'attendre septembre, octobre ou novembre pour régler ce problème." D'après Bert Wollants, un texte devrait pouvoir être débattu au parlement avant l'été. Dans une réaction, la ministre Van der Straeten dit avoir demandé à la Creg de développer un tableau de bord pour surveiller en permanence le prix de l'énergie, afin qu'une norme énergétique puisse être introduite pour les citoyens et les entreprises. "Une facture énergétique abordable est essentielle pour les citoyens et les entreprises. La protection de la compétitivité de nos entreprises et du pouvoir d'achat de nos familles est une priorité pour ce gouvernement", a-t-elle assuré.