"Swissport ne met pas seulement un bon 1.500 employés sur le carreau, mais aussi l'aéroport de Bruxelles, les compagnies aériennes - dont Brussels Airlines - et les passagers", selon la CSC-ACV Transcom. "Il était évident que quelque chose allait se produire à la suite de la crise du Covid-19 dans l'aviation. Personne n'avait prévu que ce scénario serait comme un coup de tonnerre."

La CSC-ACV Transcom accuse en outre Swissport d'avoir abusé de la situation dans laquelle se trouvaient de nombreux membres du personnel, chez eux, "pour faire table rase de toutes les avancées des représentants du personnel". "Maintenant que beaucoup de membres du personnel sont à la maison, qu'il y a peu de vols et que les actions ne sont pas réalistes, Swissport en abuse", selon le syndicat.

"Swissport ne met pas seulement un bon 1.500 employés sur le carreau, mais aussi l'aéroport de Bruxelles, les compagnies aériennes - dont Brussels Airlines - et les passagers", selon la CSC-ACV Transcom. "Il était évident que quelque chose allait se produire à la suite de la crise du Covid-19 dans l'aviation. Personne n'avait prévu que ce scénario serait comme un coup de tonnerre." La CSC-ACV Transcom accuse en outre Swissport d'avoir abusé de la situation dans laquelle se trouvaient de nombreux membres du personnel, chez eux, "pour faire table rase de toutes les avancées des représentants du personnel". "Maintenant que beaucoup de membres du personnel sont à la maison, qu'il y a peu de vols et que les actions ne sont pas réalistes, Swissport en abuse", selon le syndicat.