"En 1999, l'Ompi recevait 276 demandes en provenance de la Chine, contre 58.990 en 2019, soit 200 fois plus aujourd'hui qu'il y a 20 ans", a détaillé le directeur général de l'organisation, Francis Gurry, cité dans un communiqué.

En conférence de presse, il a expliqué que cette nouvelle domination chinoise reflétait la volonté de Pékin de transformer l'économie du géant asiatique en "une économie à plus forte valeur ajoutée", soulignant qu'il s'agissait d'un "système d'innovation favorisé par l'Etat" dans lequel les subventions publiques jouent un rôle.

Pour le patron de l'Ompi, "la croissance rapide de la Chine pour atteindre la tête du classement (...) met en lumière le déplacement de la géographie de l'innovation vers l'Est, les déposants asiatiques représentant désormais plus de la moitié de toutes les demandes", l'Europe et l'Amérique du Nord représentant chacune moins d'un quart de ces demandes.

La Chine a ainsi mis fin au règne des Etats-Unis (57.840 demandes en 2019), qui dominaient le classement chaque année depuis la création du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) de l'Ompi en 1978. Les deux grandes puissances sont suivies du Japon, de l'Allemagne, de la Corée du Sud et de la France.

L'Ompi note également que la forte croissance des demandes internationales de brevet en Turquie a permis au pays de se classer dans le top 15.

- Huawei -

Dans son rapport annuel, l'Ompi relève aussi que pour la troisième année consécutive, le géant chinois des télécommunications, Huawei Technologies, avec 4.411 demandes publiées, a été le principal déposant en 2019. Viennent ensuite Mitsubishi Electric Corp. au Japon, Samsung Electronics en Corée du Sud, Qualcomm Inc. aux Etats-Unis et Guang Dong Oppo Mobile Telecommunications en Chine.

Lot de consolation pour les Etats-Unis, l'Université de Californie reste en tête du classement des établissements d'enseignement. Elle est suivie par l'Université de Tsinghua en Chine.

La liste des 10 principaux établissements universitaires demandeurs de brevets internationaux comprend cinq universités des Etats-Unis, quatre de Chine et une de Corée du Sud.

Globalement, les demandes internationales de brevet déposées par l'intermédiaire du PCT ont augmenté de 5,2% (265.800 demandes) en 2019, tandis que les demandes d'enregistrement international de marques par l'intermédiaire du système de Madrid ont augmenté de 5,7%.

Les demandes de protection des dessins et modèles industriels dans le cadre du système de La Haye ont connu une croissance de 10,4%, marquant une nouvelle année record pour l'ensemble des services mondiaux de propriété intellectuelle de l'Ompi.

- Pandémie -

Reste à savoir quel sera l'impact de la pandémie du nouveau coronavirus sur les demandes de brevets.

Signalé fin décembre par la Chine, la maladie de Covid-19 s'est rapidement propagée dans le monde, faisant plus de 73.000 morts à ce jour et mettant à l'arrêt des pans entiers de l'économie.

"L'impact sur les industries créatives, sur l'innovation va être extrêmement important", a souligné M. Gurry aux journalistes.

Expliquant qu'il était encore trop tôt pour chiffrer cet impact, qui dépendra de l'intensité et de la durée de la crise, il a noté que les données préliminaires reçues par l'Ompi pour janvier, février et mars montraient un tassement de la croissance des demandes de brevets.

"En 1999, l'Ompi recevait 276 demandes en provenance de la Chine, contre 58.990 en 2019, soit 200 fois plus aujourd'hui qu'il y a 20 ans", a détaillé le directeur général de l'organisation, Francis Gurry, cité dans un communiqué.En conférence de presse, il a expliqué que cette nouvelle domination chinoise reflétait la volonté de Pékin de transformer l'économie du géant asiatique en "une économie à plus forte valeur ajoutée", soulignant qu'il s'agissait d'un "système d'innovation favorisé par l'Etat" dans lequel les subventions publiques jouent un rôle. Pour le patron de l'Ompi, "la croissance rapide de la Chine pour atteindre la tête du classement (...) met en lumière le déplacement de la géographie de l'innovation vers l'Est, les déposants asiatiques représentant désormais plus de la moitié de toutes les demandes", l'Europe et l'Amérique du Nord représentant chacune moins d'un quart de ces demandes.La Chine a ainsi mis fin au règne des Etats-Unis (57.840 demandes en 2019), qui dominaient le classement chaque année depuis la création du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) de l'Ompi en 1978. Les deux grandes puissances sont suivies du Japon, de l'Allemagne, de la Corée du Sud et de la France.L'Ompi note également que la forte croissance des demandes internationales de brevet en Turquie a permis au pays de se classer dans le top 15.- Huawei -Dans son rapport annuel, l'Ompi relève aussi que pour la troisième année consécutive, le géant chinois des télécommunications, Huawei Technologies, avec 4.411 demandes publiées, a été le principal déposant en 2019. Viennent ensuite Mitsubishi Electric Corp. au Japon, Samsung Electronics en Corée du Sud, Qualcomm Inc. aux Etats-Unis et Guang Dong Oppo Mobile Telecommunications en Chine.Lot de consolation pour les Etats-Unis, l'Université de Californie reste en tête du classement des établissements d'enseignement. Elle est suivie par l'Université de Tsinghua en Chine.La liste des 10 principaux établissements universitaires demandeurs de brevets internationaux comprend cinq universités des Etats-Unis, quatre de Chine et une de Corée du Sud.Globalement, les demandes internationales de brevet déposées par l'intermédiaire du PCT ont augmenté de 5,2% (265.800 demandes) en 2019, tandis que les demandes d'enregistrement international de marques par l'intermédiaire du système de Madrid ont augmenté de 5,7%.Les demandes de protection des dessins et modèles industriels dans le cadre du système de La Haye ont connu une croissance de 10,4%, marquant une nouvelle année record pour l'ensemble des services mondiaux de propriété intellectuelle de l'Ompi.- Pandémie -Reste à savoir quel sera l'impact de la pandémie du nouveau coronavirus sur les demandes de brevets.Signalé fin décembre par la Chine, la maladie de Covid-19 s'est rapidement propagée dans le monde, faisant plus de 73.000 morts à ce jour et mettant à l'arrêt des pans entiers de l'économie."L'impact sur les industries créatives, sur l'innovation va être extrêmement important", a souligné M. Gurry aux journalistes.Expliquant qu'il était encore trop tôt pour chiffrer cet impact, qui dépendra de l'intensité et de la durée de la crise, il a noté que les données préliminaires reçues par l'Ompi pour janvier, février et mars montraient un tassement de la croissance des demandes de brevets.