Sanofi va verser à Ablynx un paiement initial de 23 millions d'euros pour le contrat de licence et des droits d'option, et lui accorder environ 8 millions d'euros de subventions de recherche, selon un communiqué.

Cependant, Ablynx pourra percevoir de Sanofi "jusqu'à 2,4 milliards d'euros" en cas de succès d'étapes de développement et de commercialisation des produits visés par l'accord, ainsi que des royalties graduelles "d'un coefficient bas à deux chiffres" sur les ventes nettes futures, est-il précisé.

Sanofi va obtenir les droits internationaux exclusifs de certains nanocorps d'Ablynx contre une sélection de cibles, avec la possibilité de droits similaires pour des cibles supplémentaires, afin d'atteindre 8 candidats-médicaments potentiels à base de ces nanocorps. Les nanocorps sont des protéines thérapeutiques dérivées de fragments d'anticorps. "Ils combinent les avantages des anticorps-médicaments classiques à certaines caractéristiques des médicaments à petites molécules", a expliqué Sanofi.

Grâce à un autre partenariat stratégique avec la biotech américaine Regeneron, Sanofi s'est lancé dans le domaine porteur des maladies inflammatoires et auto-immunes. Le groupe a lancé cette année deux premiers médicaments dans ce domaine, Dupixent (dupilumab) autorisé aux Etats-Unis dans une première indication dans l'eczéma sévère, et Kevzara (sarilumab) dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, autorisé en Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada) et en Europe.

Sanofi va verser à Ablynx un paiement initial de 23 millions d'euros pour le contrat de licence et des droits d'option, et lui accorder environ 8 millions d'euros de subventions de recherche, selon un communiqué. Cependant, Ablynx pourra percevoir de Sanofi "jusqu'à 2,4 milliards d'euros" en cas de succès d'étapes de développement et de commercialisation des produits visés par l'accord, ainsi que des royalties graduelles "d'un coefficient bas à deux chiffres" sur les ventes nettes futures, est-il précisé. Sanofi va obtenir les droits internationaux exclusifs de certains nanocorps d'Ablynx contre une sélection de cibles, avec la possibilité de droits similaires pour des cibles supplémentaires, afin d'atteindre 8 candidats-médicaments potentiels à base de ces nanocorps. Les nanocorps sont des protéines thérapeutiques dérivées de fragments d'anticorps. "Ils combinent les avantages des anticorps-médicaments classiques à certaines caractéristiques des médicaments à petites molécules", a expliqué Sanofi. Grâce à un autre partenariat stratégique avec la biotech américaine Regeneron, Sanofi s'est lancé dans le domaine porteur des maladies inflammatoires et auto-immunes. Le groupe a lancé cette année deux premiers médicaments dans ce domaine, Dupixent (dupilumab) autorisé aux Etats-Unis dans une première indication dans l'eczéma sévère, et Kevzara (sarilumab) dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, autorisé en Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada) et en Europe.