"Cette garantie et ce prêt d'actionnaire accordés par la France, d'un montant de 7 milliards d'euros, fourniront à Air France les liquidités dont elle a un urgent besoin pour résister aux répercussions de la pandémie", a expliqué la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, citée dans un communiqué.

Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire avait annoncé ce prêt fin avril, précisant qu'une nationalisation n'était pas à l'ordre du jour. L'aide se décompose en 4 milliards de prêts bancaires garantis par l'Etat et 3 milliards de prêt direct de l'Etat. "Il faut sauver notre compagnie nationale", avait déclaré le ministre, qualifiant ce plan d'"historique".

"Cette garantie et ce prêt d'actionnaire accordés par la France, d'un montant de 7 milliards d'euros, fourniront à Air France les liquidités dont elle a un urgent besoin pour résister aux répercussions de la pandémie", a expliqué la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, citée dans un communiqué. Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire avait annoncé ce prêt fin avril, précisant qu'une nationalisation n'était pas à l'ordre du jour. L'aide se décompose en 4 milliards de prêts bancaires garantis par l'Etat et 3 milliards de prêt direct de l'Etat. "Il faut sauver notre compagnie nationale", avait déclaré le ministre, qualifiant ce plan d'"historique".