"Aujourd'hui, nous avons suffisamment de moyens de pression pour faire en sorte que, à la fin du processus, ce soit bon pour Alstom, bon pour l'industrie française et bon pour la diversification énergétique", a déclaré M. Hollande sur BFMTV-RMC. "L'offre n'est pas suffisante donc elle n'est pas acceptable", a-t-il relevé, souhaitant "faire en sorte que les offres puissent être enrichies pour l'emploi".

"Le rôle de l'Etat c'est d'obtenir des réponses à toutes les questions et faire en sorte que l'intérêt national puisse être préservé", a poursuivi le président. Il a par ailleurs justifié l'intervention de l'Etat dans ce dossier en rappelant que "l'Etat fait de la commande publique à Alstom".

L'américain GE souhaite racheter le pôle énergie d'Alstom, qui représente 70% du chiffre d'affaires de l'entreprise, soit 14,8 milliards d'euros sur l'exercice 2012-2013.

"Aujourd'hui, nous avons suffisamment de moyens de pression pour faire en sorte que, à la fin du processus, ce soit bon pour Alstom, bon pour l'industrie française et bon pour la diversification énergétique", a déclaré M. Hollande sur BFMTV-RMC. "L'offre n'est pas suffisante donc elle n'est pas acceptable", a-t-il relevé, souhaitant "faire en sorte que les offres puissent être enrichies pour l'emploi". "Le rôle de l'Etat c'est d'obtenir des réponses à toutes les questions et faire en sorte que l'intérêt national puisse être préservé", a poursuivi le président. Il a par ailleurs justifié l'intervention de l'Etat dans ce dossier en rappelant que "l'Etat fait de la commande publique à Alstom". L'américain GE souhaite racheter le pôle énergie d'Alstom, qui représente 70% du chiffre d'affaires de l'entreprise, soit 14,8 milliards d'euros sur l'exercice 2012-2013.