"La poursuite de la reprise économique en cours durant la seconde partie de l'année et en 2021 dépendra étroitement de l'évolution de la situation sanitaire. Il est ici fait l'hypothèse que, à l'avenir, la propagation du virus pourra être contrôlée sans que cela nécessite l'instauration d'une nouvelle période de confinement généralisé. Sous cette hypothèse, l'activité économique devrait rebondir fortement en seconde partie de cette année, avant de retrouver des rythmes trimestriels de croissance plus conventionnels en 2021", explique l'Ires.

Selon les perspectives économiques de l'Ires, le nombre de demandeurs d'emploi augmenterait de 132.800 unités en 2020. En 2021, il diminuerait de 4.700 unités. L'emploi diminuerait, en termes nets, de 106.000 unités cette avant d'augmenter de 32.000 unités en 2021.

"La poursuite de la reprise économique en cours durant la seconde partie de l'année et en 2021 dépendra étroitement de l'évolution de la situation sanitaire. Il est ici fait l'hypothèse que, à l'avenir, la propagation du virus pourra être contrôlée sans que cela nécessite l'instauration d'une nouvelle période de confinement généralisé. Sous cette hypothèse, l'activité économique devrait rebondir fortement en seconde partie de cette année, avant de retrouver des rythmes trimestriels de croissance plus conventionnels en 2021", explique l'Ires. Selon les perspectives économiques de l'Ires, le nombre de demandeurs d'emploi augmenterait de 132.800 unités en 2020. En 2021, il diminuerait de 4.700 unités. L'emploi diminuerait, en termes nets, de 106.000 unités cette avant d'augmenter de 32.000 unités en 2021.