Les entreprises belges font face à un désavantage concurrentiel important qui freine leurs investissements et des créations d'emploi, martèle Febeliec. Pour les plus grandes entreprises, le handicap se compte en millions d'euros.

La Belgique obtient des résultats médiocres dans toutes les composantes du prix de l'électricité. Le prix de l'électricité est plus élevé, les taxes sont considérablement plus fortes par rapport aux pays voisins de même que les tarifs de réseau pour les entreprises qui ont profil de consommateur stable ou prévisible. La KU Leuven/Vives avait précédemment calculé que l'économie belge perdait chaque année des centaines de millions d'euros qui auraient pu être utilisés dans les investissements ou la création de dizaines de milliers d'emplois.

Febeliec déplore que les différents gouvernements du pays n'ont pas accouché de la norme énergétique qui est inscrite dans leurs accords de gouvernement. "La situation est passée de mauvaise à encore plus mauvaise", estime Luc Sterckx, président de Febeliec. "Rien ne s'est passé ces cinq dernières années. Nous sommes non seulement déçus mais surtout inquiets. La norme énergétique reste une préoccupation urgente d'actualité"

La fédération veut un cadre clair qui surveille les prix de l'énergie et des mesures lorsqu'il y a un handicap par rapport aux pays voisins.