Bernd Pischetsrieder a reçu un total de quelque 50 millions d'euros pour ses missions de "conseiller", rapporte le magazine Welt am Sonntag, sans dévoiler ses sources.

M. Pischetsrieder était à la tête de Volkswagen entre 2002 et 2006. Avant cela, il avait déjà chapeauté le concurrent BMW. Il avait à chaque fois quitté son poste de manière anticipée en raison de mauvais résultats.

A son départ de Volkswagen, il n'avait plus aucun rôle d'administrateur, mais avait conservé l'une ou l'autre mission annexe.

Dans les grandes entreprises toutefois, ces consultants ne perçoivent jamais des millions en rémunération. M. Pischetsrieder, aujourd'hui âgé de 68 ans, est lui parvenu à des émoluments comparables à ceux engrangés par son successeur à la tête du groupe, Martin Winterkorn. En outre, lors de ses rares jours de travail, un avion privé était mis à sa disposition afin de l'acheminer de son domicile en Bavière (sud-est) au siège du constructeur à Wolfsburg (centre-nord).

Bernd Pischetsrieder a reçu un total de quelque 50 millions d'euros pour ses missions de "conseiller", rapporte le magazine Welt am Sonntag, sans dévoiler ses sources.M. Pischetsrieder était à la tête de Volkswagen entre 2002 et 2006. Avant cela, il avait déjà chapeauté le concurrent BMW. Il avait à chaque fois quitté son poste de manière anticipée en raison de mauvais résultats. A son départ de Volkswagen, il n'avait plus aucun rôle d'administrateur, mais avait conservé l'une ou l'autre mission annexe. Dans les grandes entreprises toutefois, ces consultants ne perçoivent jamais des millions en rémunération. M. Pischetsrieder, aujourd'hui âgé de 68 ans, est lui parvenu à des émoluments comparables à ceux engrangés par son successeur à la tête du groupe, Martin Winterkorn. En outre, lors de ses rares jours de travail, un avion privé était mis à sa disposition afin de l'acheminer de son domicile en Bavière (sud-est) au siège du constructeur à Wolfsburg (centre-nord).