"Aujourd'hui, le monde du sport - du moins dans certaines branches - constitue un secteur économique important", explique l'autorité. "Tout comme on peut et doit attendre des athlètes qu'ils fassent preuve de fair-play, les administrateurs, associations et fédérations sportives doivent également respecter le droit de la concurrence." L'ABC vérifiera le respect des règles de concurrence dans ce secteur, en mettant l'accent entre autres sur l'accès équitable aux compétitions sportives, l'organisation de compétitions et d'événements sportifs, et "l'émergence des sports électroniques et des paris sportifs (en ligne)".

Les autres secteurs faisant l'objet d'une attention prioritaire sont globalement les mêmes que l'an dernier, tels que les services aux entreprises et aux consommateurs (banques, assurances, services juridiques ou comptables...), l'industrie agroalimentaire, le secteur de l'énergie, l'industrie pharmaceutique et le secteur des télécommunications.

En février par exemple, deux grossistes pharmaceutiques ont écopé d'amendes de près de 30 millions d'euros pour leur participation à un cartel.

L'ABC rappelle toutefois que les infractions dans d'autres secteurs peuvent également être poursuivies, et qu'il est n'est pas exclu que des dossiers des secteurs prioritaires soient classées parce qu'ils ne constituent pas une priorité opérationnelle ou ne justifient pas une enquête compte tenu des ressources disponibles.

L'Autorité belge de la concurrence recevra également davantage de moyens. Le budget a été augmenté de 1,4 million d'euros, soit d'environ 20%.

"Aujourd'hui, le monde du sport - du moins dans certaines branches - constitue un secteur économique important", explique l'autorité. "Tout comme on peut et doit attendre des athlètes qu'ils fassent preuve de fair-play, les administrateurs, associations et fédérations sportives doivent également respecter le droit de la concurrence." L'ABC vérifiera le respect des règles de concurrence dans ce secteur, en mettant l'accent entre autres sur l'accès équitable aux compétitions sportives, l'organisation de compétitions et d'événements sportifs, et "l'émergence des sports électroniques et des paris sportifs (en ligne)". Les autres secteurs faisant l'objet d'une attention prioritaire sont globalement les mêmes que l'an dernier, tels que les services aux entreprises et aux consommateurs (banques, assurances, services juridiques ou comptables...), l'industrie agroalimentaire, le secteur de l'énergie, l'industrie pharmaceutique et le secteur des télécommunications. En février par exemple, deux grossistes pharmaceutiques ont écopé d'amendes de près de 30 millions d'euros pour leur participation à un cartel. L'ABC rappelle toutefois que les infractions dans d'autres secteurs peuvent également être poursuivies, et qu'il est n'est pas exclu que des dossiers des secteurs prioritaires soient classées parce qu'ils ne constituent pas une priorité opérationnelle ou ne justifient pas une enquête compte tenu des ressources disponibles. L'Autorité belge de la concurrence recevra également davantage de moyens. Le budget a été augmenté de 1,4 million d'euros, soit d'environ 20%.