Une des conditions pour l'approbation de la fusion entre Ahold et Delhaize était la vente de treize magasins en Belgique afin de réduire la part de marché du nouveau groupe. Parmi ceux-ci figurait le supermarché de Lokeren. Albert Heijn souhaite maintenant ouvrir un nouveau magasin à Lokeren, à proximité de celui qui a été vendu.

"Il est vrai que nous retournons à Lokeren. Nous pouvons exploiter un supermarché dans la ville, à condition qu'il ne se situe pas à proximité de celui dont nous disposions", explique Sally Herygers, porte-parole d'Albert Heijn Belgium.

L'ABC n'avait pas été tenue au courant de ces plans et a appris la nouvelle via les journaux. "Nous avons posé plusieurs questions à Ahold Delhaize, afin d'écouter leurs arguments", explique Véronique Thirien, auditeur général de l'autorité. Une enquête formelle n'a pas encore été ouverte.

Une des conditions pour l'approbation de la fusion entre Ahold et Delhaize était la vente de treize magasins en Belgique afin de réduire la part de marché du nouveau groupe. Parmi ceux-ci figurait le supermarché de Lokeren. Albert Heijn souhaite maintenant ouvrir un nouveau magasin à Lokeren, à proximité de celui qui a été vendu. "Il est vrai que nous retournons à Lokeren. Nous pouvons exploiter un supermarché dans la ville, à condition qu'il ne se situe pas à proximité de celui dont nous disposions", explique Sally Herygers, porte-parole d'Albert Heijn Belgium. L'ABC n'avait pas été tenue au courant de ces plans et a appris la nouvelle via les journaux. "Nous avons posé plusieurs questions à Ahold Delhaize, afin d'écouter leurs arguments", explique Véronique Thirien, auditeur général de l'autorité. Une enquête formelle n'a pas encore été ouverte.