"Toutes les parties prenantes ont décidé de continuer à croire en l'avenir d'Electrawinds", déclare une source pour résumer l'accord. Cette confiance est très importante pour les 240 membres du personnel d'Electrawinds. L'augmentation de capital venant de nouveaux investisseurs n'est prévue que pour septembre ou octobre, comme le laisse penser le communiqué de presse. Electrawinds a besoin d'argent parce que la société accuse une dette de 361 millions d'euros. Cette dette est le résultat de la forte croissance de l'entreprise d'Ostende.

Différents journaux annonçaient ces derniers jours qu'Electrawinds avait besoin d'un refinancement à hauteur de 150 millions d'euros. L'entreprise aurait évité de justesse un défaut de paiement grâce à un crédit salvateur accordé par le Holding de l'énergie flamande (PMV) de 10 millions d'euros et la Société fédérale de participation et d'investissement (SFPI) de 2,5 millions, explique le communiqué. Les crédits bancaires ont été rallongés jusqu'à mi-décembre sous certaines conditions. Les créanciers, comme le PMV et le SFPI, seraient prêts à changer une partie de la dette en actions.

En échange, Electrawinds doit réduire ses activités en se concentrant seulement sur certaines régions (Belgique/France, Serbie/Roumanie et Kenya), et sur le vent et la biomasse. L'activité liée à l'énergie solaire sera vendue, explique encore l'entreprise. L'actuel directeur général Luc Desender sera remplacé. Il reste cependant à la tête du comité de direction et directeur de la stratégie.

"Toutes les parties prenantes ont décidé de continuer à croire en l'avenir d'Electrawinds", déclare une source pour résumer l'accord. Cette confiance est très importante pour les 240 membres du personnel d'Electrawinds. L'augmentation de capital venant de nouveaux investisseurs n'est prévue que pour septembre ou octobre, comme le laisse penser le communiqué de presse. Electrawinds a besoin d'argent parce que la société accuse une dette de 361 millions d'euros. Cette dette est le résultat de la forte croissance de l'entreprise d'Ostende. Différents journaux annonçaient ces derniers jours qu'Electrawinds avait besoin d'un refinancement à hauteur de 150 millions d'euros. L'entreprise aurait évité de justesse un défaut de paiement grâce à un crédit salvateur accordé par le Holding de l'énergie flamande (PMV) de 10 millions d'euros et la Société fédérale de participation et d'investissement (SFPI) de 2,5 millions, explique le communiqué. Les crédits bancaires ont été rallongés jusqu'à mi-décembre sous certaines conditions. Les créanciers, comme le PMV et le SFPI, seraient prêts à changer une partie de la dette en actions. En échange, Electrawinds doit réduire ses activités en se concentrant seulement sur certaines régions (Belgique/France, Serbie/Roumanie et Kenya), et sur le vent et la biomasse. L'activité liée à l'énergie solaire sera vendue, explique encore l'entreprise. L'actuel directeur général Luc Desender sera remplacé. Il reste cependant à la tête du comité de direction et directeur de la stratégie.