Brussels South Charleroi Airport a vu son nombre de voyageurs diminuer au fur et à mesure de la propagation du Covid-19. Depuis fin février, le nombre de 'no show', c'est-à-dire de passagers ne se présentant pas à l'embarquement, n'a cessé d'augmenter, passant d'une moyenne initiale de 20% à près de 90%. Tout déplacement vers l'étranger étant aujourd'hui déconseillé, le phénomène s'est encore renforcé sur les lignes toujours opérées.

De nombreux Etats ferment en outre leurs frontières et ne permettent plus aux voyageurs en provenance de Belgique d'entrer sur leur territoire, ajoute l'aéroport carolo. C'est le cas d'Israël, de la Pologne, du Maroc ou encore de la Turquie. Cela a entrainé une réduction supplémentaire, voire une suppression de certaines routes depuis/vers Charleroi.

Au-delà de la diminution du nombre de passagers, les compagnies aériennes ont, une par une, pris la décision de suspendre leurs liaisons, ajoute Brussels South Charleroi Airport. Depuis la réduction des fréquences sur de nombreuses routes à destination du nord de l'Italie, Ryanair, principale compagnie présente sur le tarmac de Gosselies, a finalement décidé de suspendre toutes ses liaisons internationales vers/depuis l'Italie à dater de vendredi dernier et jusqu'au 8 avril. Ryanair devrait également clouer au sol presque l'intégralité de sa flotte d'ici quelques jours, ce qui touchera encore davantage l'aéroport de Charleroi.

Etant donné la suspension de la majorité des vols des différentes compagnies y opérant ainsi que la fermeture de plusieurs services aux passagers (horeca, duty free, etc) et l'impact socio-économique en résultant, Brussels South Charleroi Airport a donc décidé de fermer son terminal dès mercredi matin. La fermeture durera jusqu'au 5 avril, avec une possible extension de la mesure au-delà de cette période en fonction de l'évolution de la situation, prévient l'entreprise.

Cette fermeture ne s'applique néanmoins pas complètement aux vols de maintenance, d'Etat et sanitaires.

Brussels South Charleroi Airport a vu son nombre de voyageurs diminuer au fur et à mesure de la propagation du Covid-19. Depuis fin février, le nombre de 'no show', c'est-à-dire de passagers ne se présentant pas à l'embarquement, n'a cessé d'augmenter, passant d'une moyenne initiale de 20% à près de 90%. Tout déplacement vers l'étranger étant aujourd'hui déconseillé, le phénomène s'est encore renforcé sur les lignes toujours opérées. De nombreux Etats ferment en outre leurs frontières et ne permettent plus aux voyageurs en provenance de Belgique d'entrer sur leur territoire, ajoute l'aéroport carolo. C'est le cas d'Israël, de la Pologne, du Maroc ou encore de la Turquie. Cela a entrainé une réduction supplémentaire, voire une suppression de certaines routes depuis/vers Charleroi. Au-delà de la diminution du nombre de passagers, les compagnies aériennes ont, une par une, pris la décision de suspendre leurs liaisons, ajoute Brussels South Charleroi Airport. Depuis la réduction des fréquences sur de nombreuses routes à destination du nord de l'Italie, Ryanair, principale compagnie présente sur le tarmac de Gosselies, a finalement décidé de suspendre toutes ses liaisons internationales vers/depuis l'Italie à dater de vendredi dernier et jusqu'au 8 avril. Ryanair devrait également clouer au sol presque l'intégralité de sa flotte d'ici quelques jours, ce qui touchera encore davantage l'aéroport de Charleroi. Etant donné la suspension de la majorité des vols des différentes compagnies y opérant ainsi que la fermeture de plusieurs services aux passagers (horeca, duty free, etc) et l'impact socio-économique en résultant, Brussels South Charleroi Airport a donc décidé de fermer son terminal dès mercredi matin. La fermeture durera jusqu'au 5 avril, avec une possible extension de la mesure au-delà de cette période en fonction de l'évolution de la situation, prévient l'entreprise. Cette fermeture ne s'applique néanmoins pas complètement aux vols de maintenance, d'Etat et sanitaires.