Selon un document déposé auprès du régulateur boursier américain, la SEC, Elon Musk, qui est l'homme le plus riche de la planète, a acquis près de 73,5 millions d'actions ordinaires de Twitter, soit 9,2% de la valeur en Bourse de l'entreprise. En se basant sur le prix de clôture de vendredi de l'action de l'entreprise, l'investissement du milliardaire d'origine sud-africaine s'élève à près de 2,9 milliards de dollars. A 10H45 GMT, le titre de Twitter s'échangeait à 48,75 dollars (+24,01%).

M. Musk s'exprime très fréquemment sur ce réseau social, où il compte un peu plus de 80 millions d'abonnés. Ses annonces sur Twitter suscitent fréquemment des polémiques.

A l'été 2018, il avait notamment publié un tweet où il assurait disposer des financements appropriés pour retirer Tesla de la Bourse new-yorkaise, sans en apporter la preuve. Après un nouveau tweet malencontreux début 2019, il avait accepté que ses messages directement liés à l'activité du fabricant de véhicules électriques soient pré-approuvés par la SEC. Le dirigeant avait également abandonné son poste de président du conseil d'administration de Tesla.

Début mars, M. Musk a toutefois demandé à un juge de New York d'annuler l'accord passé avec le gendarme boursier sur ses tweets, affirmant par la voie de son avocat que la SEC cherche à "harceler Tesla et à réduire au silence M. Musk".

Selon un document déposé auprès du régulateur boursier américain, la SEC, Elon Musk, qui est l'homme le plus riche de la planète, a acquis près de 73,5 millions d'actions ordinaires de Twitter, soit 9,2% de la valeur en Bourse de l'entreprise. En se basant sur le prix de clôture de vendredi de l'action de l'entreprise, l'investissement du milliardaire d'origine sud-africaine s'élève à près de 2,9 milliards de dollars. A 10H45 GMT, le titre de Twitter s'échangeait à 48,75 dollars (+24,01%).M. Musk s'exprime très fréquemment sur ce réseau social, où il compte un peu plus de 80 millions d'abonnés. Ses annonces sur Twitter suscitent fréquemment des polémiques. A l'été 2018, il avait notamment publié un tweet où il assurait disposer des financements appropriés pour retirer Tesla de la Bourse new-yorkaise, sans en apporter la preuve. Après un nouveau tweet malencontreux début 2019, il avait accepté que ses messages directement liés à l'activité du fabricant de véhicules électriques soient pré-approuvés par la SEC. Le dirigeant avait également abandonné son poste de président du conseil d'administration de Tesla. Début mars, M. Musk a toutefois demandé à un juge de New York d'annuler l'accord passé avec le gendarme boursier sur ses tweets, affirmant par la voie de son avocat que la SEC cherche à "harceler Tesla et à réduire au silence M. Musk".