Il s'agit pour la moitié de membres du personnel de cabine, d'une centaine de pilotes et de 400 travailleurs au sol. Le patron Pieter Elbers avait déjà fait savoir que les prévisions pour l'été allaient être moins roses que prévu. La compagnie avait dans un premier temps tablé sur une prévision de 80% des vols estivaux maintenus, mais il semble aujourd'hui que ce pronostic ait été trop optimiste.

La première réorganisation a été négociée après la première vague de coronavirus. Les 5.000 premiers départs avaient pu se faire sans licenciement sec.

Il s'agit pour la moitié de membres du personnel de cabine, d'une centaine de pilotes et de 400 travailleurs au sol. Le patron Pieter Elbers avait déjà fait savoir que les prévisions pour l'été allaient être moins roses que prévu. La compagnie avait dans un premier temps tablé sur une prévision de 80% des vols estivaux maintenus, mais il semble aujourd'hui que ce pronostic ait été trop optimiste. La première réorganisation a été négociée après la première vague de coronavirus. Les 5.000 premiers départs avaient pu se faire sans licenciement sec.