Lancé en 2008, le projet d'oléoduc Keystone XL qui devait permettre l'acheminement de 830.000 barils par jour de la province canadienne de l'Alberta vers les raffineries américaines du golfe du Mexique est définitivement abandonné.

Annulé par Barack Obama, puis remis sur les rails par Donald Trump, il venait d'être bloqué une nouvelle fois par Joe Biden. Keystone XL était critiqué depuis des années par les organisations environnementales ainsi que par les tribus amérindiennes concernées par son tracé.

C'est une décision très symbolique aux Etats-Unis où les projets liés au pétrole et au gaz ont toujours été considérés comme prioritaires. C'est aussi une grande victoire pour les partisans de la lutte contre le réchauffement climatique et les promoteurs du développement durable.

Lancé en 2008, le projet d'oléoduc Keystone XL qui devait permettre l'acheminement de 830.000 barils par jour de la province canadienne de l'Alberta vers les raffineries américaines du golfe du Mexique est définitivement abandonné. Annulé par Barack Obama, puis remis sur les rails par Donald Trump, il venait d'être bloqué une nouvelle fois par Joe Biden. Keystone XL était critiqué depuis des années par les organisations environnementales ainsi que par les tribus amérindiennes concernées par son tracé. C'est une décision très symbolique aux Etats-Unis où les projets liés au pétrole et au gaz ont toujours été considérés comme prioritaires. C'est aussi une grande victoire pour les partisans de la lutte contre le réchauffement climatique et les promoteurs du développement durable.