"On joue encore sur quelques centaines de millions que les avocats négocient avec le fisc mais l'amende que le groupe Kering s'apprête à payer est la plus élevée (en Italie, ndlr). Il s'agit d'un chèque de près de 1,5 milliard d'euros", écrit le quotidien La Stampa.

Fin janvier, à l'issue d'une enquête lancée par le Parquet de Milan, les autorités fiscales italiennes avaient notifié à Kering les premiers résultats d'un "audit" selon lequel il risque un redressement de 1,4 milliard d'euros.

A ce chiffre se rajoute un montant d'environ 500 millions d'euros concernant les sanctions et les intérêts sur les sommes dues au fisc, précise le journal.

La Stampa indique que l'accord trouvé avec le fisc italien devrait être signé début mai, le quotidien spécialisé Il Sole-24 Ore précisant que la date de la signature serait le 2 mai.

Interrogé par l'AFP, le groupe de François-Henri Pinault a toutefois assuré que rien n'était encore décidé.

"A ce stade, aucun accord n'a encore été trouvé sur un aucun montant précis", a affirmé le groupe, soulignant que les discussions avec le fisc italien avaient lieu dans un climat "ouvert et collaboratif".

"On joue encore sur quelques centaines de millions que les avocats négocient avec le fisc mais l'amende que le groupe Kering s'apprête à payer est la plus élevée (en Italie, ndlr). Il s'agit d'un chèque de près de 1,5 milliard d'euros", écrit le quotidien La Stampa.Fin janvier, à l'issue d'une enquête lancée par le Parquet de Milan, les autorités fiscales italiennes avaient notifié à Kering les premiers résultats d'un "audit" selon lequel il risque un redressement de 1,4 milliard d'euros.A ce chiffre se rajoute un montant d'environ 500 millions d'euros concernant les sanctions et les intérêts sur les sommes dues au fisc, précise le journal.La Stampa indique que l'accord trouvé avec le fisc italien devrait être signé début mai, le quotidien spécialisé Il Sole-24 Ore précisant que la date de la signature serait le 2 mai.Interrogé par l'AFP, le groupe de François-Henri Pinault a toutefois assuré que rien n'était encore décidé."A ce stade, aucun accord n'a encore été trouvé sur un aucun montant précis", a affirmé le groupe, soulignant que les discussions avec le fisc italien avaient lieu dans un climat "ouvert et collaboratif".