Que vous inspire la création d'un championnat commun pour certaines équipes belges et néerlandaises ?
...

Que vous inspire la création d'un championnat commun pour certaines équipes belges et néerlandaises ? La BeNeLeague, c'est un peu le serpent de mer du football en Belgique et aux Pays-Bas. Cela fait 25 ans que l'on en parle de manière épisodique mais rien n'a encore émergé. C'est mon homonyme Michel Verschueren, ancien manager d'Anderlecht, qui avait lancé l'idée avant qu'elle ne soit reprise par d'autres acteurs. Mais c'est surtout un challenge énorme car les deux pays ont des cultures différentes, tant en matière de sport et de gestion qu'au niveau des droits télé. Ce n'est donc pas simple à gérer. Ce projet de championnat commun est un immense puzzle avec beaucoup plus de pièces que ce que l'on ne peut imaginer. Mais cette BeNeleague est-elle une bonne ou une mauvaise idée pour les clubs belges ? Si ce projet aboutit, la BeNeLeague deviendra la sixième compétition la plus importante en Europe après les " Big Five ", à savoir la Premier League anglaise, la Liga italienne, la Ligue 1 française, la Serie A italienne et la Bundesliga allemande. Ce sera une bouffée d'oxygène pour le football des " plats pays " qui va intéresser davantage les gros sponsors. Les droits télé vont exploser et même si cela est intéressant d'un point de vue économique, ça l'est aussi sur le plan sportif car cette augmentation de budget pour les clubs concernés va leur permettre de former davantage de jeunes joueurs. En revanche, seules certaines équipes seront sélectionnées pour la BeNeLeague et les autres clubs resteront donc sur le carreau dans une sous-division qui sera beaucoup moins médiatisée. Les clubs les plus riches de chaque pays deviendront encore plus riches et je crains dès lors que les moins riches ne s'appauvrissent davantage dans une espèce de cimetière du foot. Quels sont aujourd'hui les principaux obstacles à ce genre de projet ? La BeNeLeague devra avoir la bénédiction de l'UEFA ( Union des associations européennes de football, Ndlr). Si celle-ci n'apporte pas son soutien, le projet ne verra jamais le jour. Il faut aussi que la Belgique et les Pays-Bas s'entendent, ce qui n'est pas gagné. Et puis, si la BeNeLeague se met en place, il faudra aussi décider du nombre d'équipes que chaque pays pourra envoyer sur la scène européenne, ce qui n'est pas évident. Bref, il y a encore de nombreux obstacles, même si au niveau du concept, le projet est intéressant. Il pourrait d'ailleurs inspirer d'autres pays, comme la Suisse et l'Autriche, qui pourraient aussi faire un championnat commun.