Cette estimation a été réalisée à l'aide des dossiers qui sont introduits actuellement, a indiqué le CEO Bart De Smet, mercredi en marge de la présentation des résultats annuels. Il s'agit d'un montant après impôts mais avant réassurance.

Quelque 5 millions d'euros de dégâts ont été calculés pour le marché belge alors que pour le Royaume-Uni, où plusieurs contrées sont encore sous eau, l'assureur s'attend à 20 millions d'euros. Outre-Manche, Ageas est surtout actif en assurance-auto (trois quarts de son chiffre d'affaires), mais réalise tout de même 22% de son chiffre en couvrant les habitations.

M. De Smet estime que ces dégâts ne sont pas si exceptionnels. "Nous sommes un assureur et nous tenons toujours compte des dégâts provoqués par les catastrophes naturelles." Il a rappelé que l'an dernier, l'hiver avait été particulièrement rude et que le froid avait engendré d'autres types de dommages.

Cette estimation a été réalisée à l'aide des dossiers qui sont introduits actuellement, a indiqué le CEO Bart De Smet, mercredi en marge de la présentation des résultats annuels. Il s'agit d'un montant après impôts mais avant réassurance. Quelque 5 millions d'euros de dégâts ont été calculés pour le marché belge alors que pour le Royaume-Uni, où plusieurs contrées sont encore sous eau, l'assureur s'attend à 20 millions d'euros. Outre-Manche, Ageas est surtout actif en assurance-auto (trois quarts de son chiffre d'affaires), mais réalise tout de même 22% de son chiffre en couvrant les habitations. M. De Smet estime que ces dégâts ne sont pas si exceptionnels. "Nous sommes un assureur et nous tenons toujours compte des dégâts provoqués par les catastrophes naturelles." Il a rappelé que l'an dernier, l'hiver avait été particulièrement rude et que le froid avait engendré d'autres types de dommages.