Le nombre de voyageurs réservant des séjours en Australie a chuté de 10 à 20% depuis le début des incendies en septembre et cette baisse représentera un manque à gagner d'environ 4,5 milliards de dollars australiens (2,70 milliards d'euros), selon le Conseil australien des exportations touristiques (ATEC).

"Les visiteurs internationaux annulent en raison des craintes concernant la qualité de l'air, la sécurité et l'impact que ces incendies ont eu sur notre offre touristique ainsi qu'en raison de l'incertitude quant au temps qu'il nous faudra pour nous remettre", a déclaré Peter Shelley, directeur général de l'ATEC.

Les médias internationaux ont largement couvert la crise liée à ces feux de forêts sans précédent dans leur ampleur et leur durée. Ils ont déjà fait 28 morts et détruit une zone d'une superficie plus grande que la superficie de la Corée du Sud.

Les villes très touristiques de Sydney et Melbourne ont été enveloppées d'un nuage de fumée toxique.

L'ATEC précise que cette désaffection est plus significative chez les voyageurs en provenance des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de l'Europe. La période allant de décembre à février totalise habituellement la moitié des réservations annuelles en provenance de ces marchés.

M. Shelley a indiqué que le gouvernement ainsi que l'industrie touristique doivent de toute urgence faire passer le message que de nombreuses destinations touristiques incontournables n'ont pas été touchées par ces incendies.

Le nombre de voyageurs réservant des séjours en Australie a chuté de 10 à 20% depuis le début des incendies en septembre et cette baisse représentera un manque à gagner d'environ 4,5 milliards de dollars australiens (2,70 milliards d'euros), selon le Conseil australien des exportations touristiques (ATEC). "Les visiteurs internationaux annulent en raison des craintes concernant la qualité de l'air, la sécurité et l'impact que ces incendies ont eu sur notre offre touristique ainsi qu'en raison de l'incertitude quant au temps qu'il nous faudra pour nous remettre", a déclaré Peter Shelley, directeur général de l'ATEC. Les médias internationaux ont largement couvert la crise liée à ces feux de forêts sans précédent dans leur ampleur et leur durée. Ils ont déjà fait 28 morts et détruit une zone d'une superficie plus grande que la superficie de la Corée du Sud. Les villes très touristiques de Sydney et Melbourne ont été enveloppées d'un nuage de fumée toxique. L'ATEC précise que cette désaffection est plus significative chez les voyageurs en provenance des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de l'Europe. La période allant de décembre à février totalise habituellement la moitié des réservations annuelles en provenance de ces marchés. M. Shelley a indiqué que le gouvernement ainsi que l'industrie touristique doivent de toute urgence faire passer le message que de nombreuses destinations touristiques incontournables n'ont pas été touchées par ces incendies.