Si les vertus thérapeutiques de l'eau de Spa sont connues depuis l'antiquité et ont fait de la cité ardennaise le "Café de l'Europe" dès le XVIIIe siècle, les premières mesures de protection des eaux minérales naturelles datent de 1772. Mais c'est en 1889 qu'un arrêté royal met en oeuvre une véritable zone de protection des eaux, une première en Europe.

Depuis lors, de nombreuses mesures se sont succédées pour protéger la zone de captage qui s'étend actuellement sur plus de 13.000 hectares, l'une des plus vastes en Europe. "Spa a été pionnier dans la protection des ressources naturelles et est aujourd'hui reconnu en Europe comme 'la' référence non seulement pour la gestion durable des nappes aquifères, mais aussi pour le développement d'emballages durables", a expliqué lors d'une conférence de presse l'administrateur délégué du groupe Spadel, Marc du Bois, soulignant le fait que Spadel "figure dans le top 10 sur 17.000 entreprises européennes" en matière de performances dans le développement durable.

Poursuivant sur cette lancée, le groupe Spadel vient en outre de lancer trois nouveaux projets, comme l'implantation de plusieurs ruches dans la zone d'alimentation des eaux de Spa. "L'abeille est une sentinelle extraordinaire de l'environnement. Nous avons 400.000 abeilles, soit 400.000 scientifiques, qui vont mesurer pour nous la qualité de l'environnement", a expliqué Patrick Jobé, hydrogéologue chez Spadel. Les premiers résultats révèlent que la biodiversité y est très élevée, deux fois plus élevée qu'en zone rurale, et confirment l'absence de contaminants sur environ 500 composés testés.

Par ailleurs, Spadel participe au projet européen Life "Ardenne liégeoise" visant à recréer des zones humides sur un périmètre de 5.700 hectares ainsi qu'à la création du Parc naturel des Sources sur les communes de Spa et Stoumont.

Si les vertus thérapeutiques de l'eau de Spa sont connues depuis l'antiquité et ont fait de la cité ardennaise le "Café de l'Europe" dès le XVIIIe siècle, les premières mesures de protection des eaux minérales naturelles datent de 1772. Mais c'est en 1889 qu'un arrêté royal met en oeuvre une véritable zone de protection des eaux, une première en Europe. Depuis lors, de nombreuses mesures se sont succédées pour protéger la zone de captage qui s'étend actuellement sur plus de 13.000 hectares, l'une des plus vastes en Europe. "Spa a été pionnier dans la protection des ressources naturelles et est aujourd'hui reconnu en Europe comme 'la' référence non seulement pour la gestion durable des nappes aquifères, mais aussi pour le développement d'emballages durables", a expliqué lors d'une conférence de presse l'administrateur délégué du groupe Spadel, Marc du Bois, soulignant le fait que Spadel "figure dans le top 10 sur 17.000 entreprises européennes" en matière de performances dans le développement durable. Poursuivant sur cette lancée, le groupe Spadel vient en outre de lancer trois nouveaux projets, comme l'implantation de plusieurs ruches dans la zone d'alimentation des eaux de Spa. "L'abeille est une sentinelle extraordinaire de l'environnement. Nous avons 400.000 abeilles, soit 400.000 scientifiques, qui vont mesurer pour nous la qualité de l'environnement", a expliqué Patrick Jobé, hydrogéologue chez Spadel. Les premiers résultats révèlent que la biodiversité y est très élevée, deux fois plus élevée qu'en zone rurale, et confirment l'absence de contaminants sur environ 500 composés testés. Par ailleurs, Spadel participe au projet européen Life "Ardenne liégeoise" visant à recréer des zones humides sur un périmètre de 5.700 hectares ainsi qu'à la création du Parc naturel des Sources sur les communes de Spa et Stoumont.