La production de ce site, qui sera fermé en décembre prochain, va être rapatriée en Europe, a ajouté le groupe suédois dans un communiqué. Environ 300 personnes sont employées dans cette usine, ouverte en 2008 et qui fabrique des étagères et des meubles de rangement vendus aux Etats-Unis et au Canada.

"La structure des coûts de production à Danville est trop élevée, plus particulièrement quand il s'agit des matériaux de base, ce qui entraîne une tarification significativement plus importante que dans les autres unités Ikea fabriquant les produits similaires en Europe", explique la société. Par conséquent, "après une analyse approfondie, il a été décidé que les conditions n'étaient pas réunies pour continuer à produire à Danville", ajoute Ikea.

Ikea a assuré que l'entreprise allait faire "tout ce qui est en son pouvoir" pour aider les salariés affectés à trouver un nouvel emploi ou à suivre une nouvelle formation. L'annonce de la fermeture de cette usine, située dans un des Etat clés pour la prochaine élection présidentielle américaine, pourrait susciter la colère du président Donald Trump, qui fait pression sur les groupes industriels pour qu'ils renoncent à leurs projets de fermeture de sites. Il est parvenu à convaincre la semaine dernière le groupe de défense Lockheed Martin à renoncer à fermer une usine de finitions pour les hélicoptères Sykorsky basée en Pennsylvanie, autre Etat important dans l'échiquier électoral américain.