Les deux entreprises assurent des vols vers l'Amérique du Nord avec escale à Reykjavik. Elles détiennent ensemble une part de 3,8% sur le marché transatlantique. L'une comme l'autre font face à des difficultés financières.

Les actionnaires d'Icelandair vont être prochainement invités à se prononcer sur la transaction, qui valorise son concurrent à 18 millions de dollars (15,8 millions d'euros). Le feu vert de l'autorité islandaise de la concurrence devra aussi être obtenu.