Les 7 à 9.000 suppressions d'emplois dans le monde entier vont s'étaler sur trois ans et mêleront licenciements et départ volontaire à la pré-retraite, précise HP dans un communiqué.

Ce plan de restructuration, présenté par Enrique Lores le nouveau PDG qui prendra les rênes au 1er novembre, doit permettre à HP de s'adapter aux nouvelles habitudes de consommation de ses clients en particulier en matière de cartouches d'encre, qui pendant longtemps ont été la véritable vache à lait de l'entreprise. Il devrait coûter environ 1 milliard de dollars.

HP compte se concentrer davantage sur les services et proposer par exemple de vendre ses imprimantes à des prix cassés --comme elle le fait déjà -- mais en échange le client s'engagerait à s'approvisionner en cartouches chez HP. L'entreprise offrira aussi d'acheter le matériel plus cher et d'avoir ensuite toute liberté de s'approvisionner en cartouches d'une autre marque.

L'entreprise estime que grâce à cette restructuration, elle pourra économiser 1 milliard de dollars par an à partir de l'exercice 2022.

HP est né de la scission en 2015 de Hewlett-Packard, le grand ancêtre des entreprises high-tech de la Californie et qui a été la première d'une longue série à être fondée dans un garage par Bill Hewlett et Dave Packard en 1939.