Les premières coupes avaient débuté en 2012 et leur ampleur a été relevée à plusieurs reprises. Lors de l'annonce de ses derniers résultats trimestriels en août, HP disait viser un total de 45.000 à 50.000 emplois. "Des opportunités de réductions supplémentaires ont été identifiées et nous anticipons maintenant un total de 55.000 réductions" de postes, indique HP dans des documents publiés à l'occasion d'une téléconférence avec des analystes.

Il y explique les raisons pour lesquelles il a décidé de se scinder en deux pour séparer ses services aux entreprises de ses activités historiques de PC et d'imprimantes, une opération annoncée lundi et devant être bouclée l'an prochain. Les suppressions d'emplois supplémentaires "ne sont pas liées à la décision sur la séparation", a toutefois affirmé la directrice financière, Cathie Lesjak. Sur le total de 55.000 emplois, HP a précisé lundi que 36.000 salariés étaient déjà partis à la fin juillet.

Les premières coupes avaient débuté en 2012 et leur ampleur a été relevée à plusieurs reprises. Lors de l'annonce de ses derniers résultats trimestriels en août, HP disait viser un total de 45.000 à 50.000 emplois. "Des opportunités de réductions supplémentaires ont été identifiées et nous anticipons maintenant un total de 55.000 réductions" de postes, indique HP dans des documents publiés à l'occasion d'une téléconférence avec des analystes. Il y explique les raisons pour lesquelles il a décidé de se scinder en deux pour séparer ses services aux entreprises de ses activités historiques de PC et d'imprimantes, une opération annoncée lundi et devant être bouclée l'an prochain. Les suppressions d'emplois supplémentaires "ne sont pas liées à la décision sur la séparation", a toutefois affirmé la directrice financière, Cathie Lesjak. Sur le total de 55.000 emplois, HP a précisé lundi que 36.000 salariés étaient déjà partis à la fin juillet.