"C'est un moment important pour nous", a déclaré Axel Dumas, le patron d'Hermès lors d'une présentation à la presse, "on a pris le parti de faire 100% de notre production du cuir en France". "C'est un plaisir d'avoir un système économique qui fonctionne et qui nous permet de créer des emplois", a-t-il souligné.

La maroquinerie de Guyenne, située à Saint-Vincent-de-Paul, entre la Dordogne et la Garonne, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Bordeaux, doit accueillir à terme 260 emplois. "On est dans un rythme de croissance soutenue et qui dit rythme de croissance pour la maroquinerie Hermès dit augmentation du nombre d'artisans, formation et donc nouveau site", a expliqué à l'AFP Guillaume de Seynes, directeur général pôle amont et participation du groupe.

Les ventes totales d'Hermès dans le monde se sont élevées au premier semestre à 4,235 milliards d'euros, en hausse de 70% par rapport à 2020 et de 29% par rapport à 2019, avant la pandémie; les ventes de la Maroquinerie-Sellerie, coeur de métier d'Hermès, sont en augmentation de 25% par rapport à 2019.

La manufacture de Guyenne est la première implantation d'un site de production du groupe en Gironde. Le groupe a choisi de réhabiliter cette ancienne zone de stockage de remblais de 5,6 hectares en y implantant ce bâtiment de 5.800 m2 tout de bois et de béton, création de l'architecte bayonnais Patrick Arotcharen.

Pour maîtriser ses consommations énergétiques, le site est également doté de 2.250 m2 de panneaux photovoltaïques qui couvrent 40% de l'énergie consommée. Les sanitaires et espaces verts qui comprennent la plantation d'une centaine d'arbres sont arrosés par un système de récupération des eaux de pluie

Depuis 2010, Hermès a ouvert neuf maroquineries en France portant à plus de 4.000 le nombre d'artisans selliers-maroquiniers au sein du groupe. Trois autres projets de manufactures sont en cours, à Louviers (Eure), à Tournes (Ardennes) et à Riom (Puy-de-Dôme), où les recrutements et les formations se poursuivent.

"C'est un moment important pour nous", a déclaré Axel Dumas, le patron d'Hermès lors d'une présentation à la presse, "on a pris le parti de faire 100% de notre production du cuir en France". "C'est un plaisir d'avoir un système économique qui fonctionne et qui nous permet de créer des emplois", a-t-il souligné. La maroquinerie de Guyenne, située à Saint-Vincent-de-Paul, entre la Dordogne et la Garonne, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Bordeaux, doit accueillir à terme 260 emplois. "On est dans un rythme de croissance soutenue et qui dit rythme de croissance pour la maroquinerie Hermès dit augmentation du nombre d'artisans, formation et donc nouveau site", a expliqué à l'AFP Guillaume de Seynes, directeur général pôle amont et participation du groupe.Les ventes totales d'Hermès dans le monde se sont élevées au premier semestre à 4,235 milliards d'euros, en hausse de 70% par rapport à 2020 et de 29% par rapport à 2019, avant la pandémie; les ventes de la Maroquinerie-Sellerie, coeur de métier d'Hermès, sont en augmentation de 25% par rapport à 2019.La manufacture de Guyenne est la première implantation d'un site de production du groupe en Gironde. Le groupe a choisi de réhabiliter cette ancienne zone de stockage de remblais de 5,6 hectares en y implantant ce bâtiment de 5.800 m2 tout de bois et de béton, création de l'architecte bayonnais Patrick Arotcharen.Pour maîtriser ses consommations énergétiques, le site est également doté de 2.250 m2 de panneaux photovoltaïques qui couvrent 40% de l'énergie consommée. Les sanitaires et espaces verts qui comprennent la plantation d'une centaine d'arbres sont arrosés par un système de récupération des eaux de pluieDepuis 2010, Hermès a ouvert neuf maroquineries en France portant à plus de 4.000 le nombre d'artisans selliers-maroquiniers au sein du groupe. Trois autres projets de manufactures sont en cours, à Louviers (Eure), à Tournes (Ardennes) et à Riom (Puy-de-Dôme), où les recrutements et les formations se poursuivent.