La sortie d'une nouvelle édition du Guide Michelin est toujours un événement très attendu. Cela fait deux ou trois années que l'on prédit à Christophe Hardiquest (Bon Bon à Woluwe-Saint-Pierre) ou à Sang-Hoon Degeimbre (L'air du temps à Liernu), le graal suprême. Mais ce n'est pas encore pour cette fois-ci. Après les arrêts de Gert Mangeleer (Hertog Jan) et Geert Van Hecke (Karmeliet), Peter Goossens (Hof Van Cleve) demeure notre seul chef au firmament de la cuisine mondiale. Pour son édition 2020, le Guide Michelin s'est d'ailleurs montré particulièrement avare : seuls huit établissements ont été promus. Un seul décroche une deuxième étoile : le Cuchara, de Jan Tournier à Lommel. Sept autres ont reçu leur premier macaron dont cinq en Flandre : L.E.S.S à Bruges, Sir Kwinten à Lennik, Souvenir à Gand, Essenciel à Louvain et Ogst à Hasselt. Une fois de plus, la partie francophone du pays ne reçoit que la portion congrue.

A Bruxelles, et c'était attendu, Kevin Lejeune, un ancien second de David Martin à La Paix, reçoit sa première étoile. En deux ans, il a transformé la Canne en Ville, un ancien resto de quartier à Ixelles en un haut lieu de la gastronomie avec des choix très audacieux. Même récompense pour Jean Vrijdaghs et Sébastien Hankard, deux jeunes chefs qui ont décidé, il y a moins d'un an, de ressusciter le Gastronome à Paliseul. Une vieille institution wallonne qui, sous l'impulsion de la famille Libotte, avait arboré jusqu'à deux étoiles Michelin.

Voilà donc la petite commune de Paliseul titulaire de trois étoiles puisque la Table de Maxime a confirmé sa deuxième étoile conquise l'an dernier. Signalons encore que Vrijdaghs et Hankard ont aussi déroché le titre de " Jeune chef de l'année ". Parmi les déçus du Michelin 2020, signalons la perte par la Villa in the Sky (Bruxelles) de sa deuxième étoile.