Le bénéfice net s'est établi à 549 millions de livres (629 millions d'euros) entre janvier et mars, alors qu'il avait atteint 1,046 milliard un an plus tôt, selon un communiqué du groupe. Les comptes du laboratoire ont été principalement plombés par une charge de 495 millions de livres, correspondant à une révision à la baisse de la valeur de sa co-entreprise spécialisée dans les médicaments sans ordonnance.

Cette dépréciation a été passée à l'occasion du rachat par GSK des parts du géant pharmaceutique suisse Novartis dans cette co-entreprise, pour 13 milliards de dollars. Le groupe a par ailleurs subi une baisse de 2% de son chiffre d'affaires sur le trimestre à 7,2 milliards de livres. Deux de ses grandes activités ont vu leurs ventes reculer, à savoir les médicaments (-4%) et la santé grand public (-3%). Le chiffre d'affaires de la troisième branche, les vaccins, a en revanche progressé de 7%.

Le bénéfice net s'est établi à 549 millions de livres (629 millions d'euros) entre janvier et mars, alors qu'il avait atteint 1,046 milliard un an plus tôt, selon un communiqué du groupe. Les comptes du laboratoire ont été principalement plombés par une charge de 495 millions de livres, correspondant à une révision à la baisse de la valeur de sa co-entreprise spécialisée dans les médicaments sans ordonnance. Cette dépréciation a été passée à l'occasion du rachat par GSK des parts du géant pharmaceutique suisse Novartis dans cette co-entreprise, pour 13 milliards de dollars. Le groupe a par ailleurs subi une baisse de 2% de son chiffre d'affaires sur le trimestre à 7,2 milliards de livres. Deux de ses grandes activités ont vu leurs ventes reculer, à savoir les médicaments (-4%) et la santé grand public (-3%). Le chiffre d'affaires de la troisième branche, les vaccins, a en revanche progressé de 7%.