La direction justifie cette restructuration par les conditions de marché difficiles et par le fait que le site de Sleidinge tourne depuis plusieurs années en sous régime. Selon l'entreprise, une vingtaine de travailleurs pourraient rejoindre l'implantation d'Aalter.

Les syndicats ne sont pas surpris

L'annonce de la fermeture d'une usine de FrieslandCampina à Sleidinge ne surprend pas les syndicats. "La situation s'assombrissait depuis une vingtaine d'années. C'est la chronique d'une mort annoncée", a indiqué Patriek Vanlaere, délégué LBC/CNE.

Le syndicaliste estime que la décision n'est pas tout à fait injustifiée tant le processus de production sur le site de Sleidinge était dépassé. "Cela ne pouvait plus durer. Je constate par ailleurs que des investissements sont faits à Aalter".

La direction justifie cette restructuration par les conditions de marché difficiles et par le fait que le site de Sleidinge tourne depuis plusieurs années en sous régime. Selon l'entreprise, une vingtaine de travailleurs pourraient rejoindre l'implantation d'Aalter. Les syndicats ne sont pas surpris L'annonce de la fermeture d'une usine de FrieslandCampina à Sleidinge ne surprend pas les syndicats. "La situation s'assombrissait depuis une vingtaine d'années. C'est la chronique d'une mort annoncée", a indiqué Patriek Vanlaere, délégué LBC/CNE. Le syndicaliste estime que la décision n'est pas tout à fait injustifiée tant le processus de production sur le site de Sleidinge était dépassé. "Cela ne pouvait plus durer. Je constate par ailleurs que des investissements sont faits à Aalter".