Il y a quelques semaines, elle raflait donc pour la seconde année consécutive la première place du concours Deloitte 2015 Technology Fast 50 dans la catégorie 'Biotech, Nanotech & Medtech'. KitoZyme, cette société wallonne active dans le secteur de la biochimie et de la santé, s'est en effet distinguée des autres PME (de son secteur d'activité) en lice par la croissance la plus forte de son chiffre d'affaires sur ces quatre dernières années, soit quelque 354%.
...

Il y a quelques semaines, elle raflait donc pour la seconde année consécutive la première place du concours Deloitte 2015 Technology Fast 50 dans la catégorie 'Biotech, Nanotech & Medtech'. KitoZyme, cette société wallonne active dans le secteur de la biochimie et de la santé, s'est en effet distinguée des autres PME (de son secteur d'activité) en lice par la croissance la plus forte de son chiffre d'affaires sur ces quatre dernières années, soit quelque 354%. Pour rappel, ce concours organisé depuis cinq ans par le cabinet d'audit et de conseil belge Deloitte est destiné à classer les cinquante entreprises technologiques ayant enregistré le taux de croissance le plus fort - en termes de chiffre d'affaires - en Belgique au cours des quatre dernières années. En 2015, c'est l'entreprise liégeoise X-RIS qui a remporté le Fast 50 Award avec une progression de son chiffre d'affaires de 701%. Cette entreprise spécialisée dans la production de solutions innovantes en matière de radiographie numérique pour la recherche non-destructive et la sécurité a également décroché le premier prix de la catégorie des 'solutions informatiques et numériques'. "L'objectif de ce concours est de mettre en perspective la nécessité pour ces entreprises technologiques en développement d'enregistrer une croissance rapide et durable, expose Nikolaas Tahon, partner chez Deloitte. Dans le monde des technologies en particulier, 'the winner takes it all'. Il est donc essentiel de prendre une part de marché importante et le plus vite possible", souligne-t-il. Parmi les entreprises candidates à l'obtention de ce fameux titre, figurent essentiellement des PME. "C'est assez logique dans la mesure où il est plus facile d'enregistrer de fortes croissances lorsque les bases sont modestes", note M. Tahon. Ceci étant, ajoute-t-il, des sociétés de plus grande taille intègrent progressivement le classement". C'est notamment le cas de l'entreprise GeoSea, filiale du groupe DEME, spécialisée dans des projets complexes d'ingénierie marine off-shore, qui a remporté cette année le prix de 'la croissance la plus durable'. "Distribuer nous-mêmes nos produits" KitoZyme, à ce stade, est toujours une PME. Elle emploie une petite cinquantaine de personnes et affiche un chiffre d'affaires de 5 millions d'euros. Basée à Liège, elle se dit aujourd'hui leader mondial dans la production de chitosan et de chitin-glucan végétaux. "Nous extrayons ces deux fibres d'une source végétale, ce qui est unique au monde, assure son CEO François Blondel. Tous nos concurrents le font au départ d'une source animale. Ce qui constitue un avantage concurrentiel pour nous". KitoZyme a ainsi développé des applications dans le secteur la santé (cardiovasculaire, contrôle de poids, santé digestive) et dans le secteur technologique (encapsulation, vinification...). Sous forme de comprimé, de capsule ou de sachet en poudre, le produit est vendu à plus de 90% à l'exportation pour moins de 10% sur le marché belge. Le marché français constitue aujourd'hui le client le plus important de KitoZyme. En 2015, comme en 2014, elle a décroché le premier prix Deloitte Technology Fast 50 dans la catégorie 'Biotech, Nanotech & Medtech'. Une "vraie performance, se félicite François Blondel. Il y avait un turn-around à réaliser. KitoZyme a relevé le défi, notamment en se recentrant sur son coeur de métier". Et le même de dévoiler l'ambition de son entreprise : "A l'origine, nous ne produisions que des ingrédients. Aujourd'hui, nous fabriquons des produits finis, des dispositifs médicaux donc. Nous analysons à présent l'opportunité d'aller encore plus loin dans la chaîne de valeur, soit de distribuer nous-mêmes nos produits. Notre ambition de grandir est très forte, disons-le clairement. Nous identifions chaque année les territoires sur lesquels nous voulons prospecter et avancer. Cette année, nous avons fait le focus sur les pays du Golfe. Pour la première fois, nous avons distribué nos produits sous notre propre marque. C'est un élément important dans le développement que nous souhaitons poursuivre en 2016 (...)". Al. D.