Les travailleurs ont décidé à 90% de poursuivre la grève entamée le 19 octobre dernier. Ils se rendront également lundi à Namur, siège du gouvernement wallon, actionnaire majoritaire de l'entreprise.

Le personnel avait été rassemblé afin de savoir s'il poursuivait le mouvement de grève ou si une reprise du travail était envisageable. Seuls 10% des travailleurs présents ont opté pour cette voie. La FGTB a dès lors décidé de poursuivre le mouvement. L'usine sera donc toujours fermée le 30 octobre, jour où le personnel ouvrier affilié au syndicat socialiste s'en ira à la rencontre du ministre-président de la Région wallonne, Willy Borsus, et du ministre de tutelle à savoir Pierre-Yves Jeholet, en charge de l'Economie.

"Nous souhaitons être reçus et entendus par le gouvernement wallon afin de nous expliquer sur les raisons de ce mouvement", indique la délégation FGTB qui annonce un déplacement de masse dans le calme.

Les responsables de la Fédération des Métallos de Liège et Luxembourg estiment que cette grève est politisée et que le rapprochement qui s'opérait en milieu de semaine entre direction et la FGTB pour parler des récents licenciements, du rapprochement des statuts employé-ouvrier mais également de la flexibilité souhaitée par la direction a été mise à mal suite à l'intervention du ministre-président Willy Borsus mercredi à la tribune du parlement wallon.

Une nouvelle assemblée de décision est programmée le mardi 31 octobre.

Les travailleurs ont décidé à 90% de poursuivre la grève entamée le 19 octobre dernier. Ils se rendront également lundi à Namur, siège du gouvernement wallon, actionnaire majoritaire de l'entreprise.Le personnel avait été rassemblé afin de savoir s'il poursuivait le mouvement de grève ou si une reprise du travail était envisageable. Seuls 10% des travailleurs présents ont opté pour cette voie. La FGTB a dès lors décidé de poursuivre le mouvement. L'usine sera donc toujours fermée le 30 octobre, jour où le personnel ouvrier affilié au syndicat socialiste s'en ira à la rencontre du ministre-président de la Région wallonne, Willy Borsus, et du ministre de tutelle à savoir Pierre-Yves Jeholet, en charge de l'Economie. "Nous souhaitons être reçus et entendus par le gouvernement wallon afin de nous expliquer sur les raisons de ce mouvement", indique la délégation FGTB qui annonce un déplacement de masse dans le calme. Les responsables de la Fédération des Métallos de Liège et Luxembourg estiment que cette grève est politisée et que le rapprochement qui s'opérait en milieu de semaine entre direction et la FGTB pour parler des récents licenciements, du rapprochement des statuts employé-ouvrier mais également de la flexibilité souhaitée par la direction a été mise à mal suite à l'intervention du ministre-président Willy Borsus mercredi à la tribune du parlement wallon. Une nouvelle assemblée de décision est programmée le mardi 31 octobre.