Entre 650 et 700 ouvriers de la FN Herstal, affiliés à la FGTB, ont quitté jeudi en cours de journée leur poste sans réaction de la direction. Le syndicat socialiste estime que la direction manque de respect aux travailleurs en agissant de la sorte et en refusant de débattre des contre-propositions des représentants des travailleurs. Ceux-ci souhaitent obtenir, au travers d'accords internes permis par la législation, une augmentation supérieure à 1,1%.

Les représentants syndicaux de la FGTB, qui avait déjà évité il y a une semaine le clash chez Agoria, ont dès lors décidé de durcir le mouvement et d'instaurer vendredi dès 5 heures du matin un piquet de grève interdisant l'accès à tous les travailleurs tant à la FN Herstal que chez Browning, installé au zoning des Hauts Sarts.

Si la direction persiste dans cette ligne de conduite, le site de Zutendaal sera à son tour touché dès lundi, prévient la FGTB. Le syndicat rappelle qu'un conflit similaire était survenu en 2009 et qu'il avait duré trois semaines.

Entre 650 et 700 ouvriers de la FN Herstal, affiliés à la FGTB, ont quitté jeudi en cours de journée leur poste sans réaction de la direction. Le syndicat socialiste estime que la direction manque de respect aux travailleurs en agissant de la sorte et en refusant de débattre des contre-propositions des représentants des travailleurs. Ceux-ci souhaitent obtenir, au travers d'accords internes permis par la législation, une augmentation supérieure à 1,1%. Les représentants syndicaux de la FGTB, qui avait déjà évité il y a une semaine le clash chez Agoria, ont dès lors décidé de durcir le mouvement et d'instaurer vendredi dès 5 heures du matin un piquet de grève interdisant l'accès à tous les travailleurs tant à la FN Herstal que chez Browning, installé au zoning des Hauts Sarts. Si la direction persiste dans cette ligne de conduite, le site de Zutendaal sera à son tour touché dès lundi, prévient la FGTB. Le syndicat rappelle qu'un conflit similaire était survenu en 2009 et qu'il avait duré trois semaines.